Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La société zurichoise de biotechnologie Cytos, en très grandes difficultés financières, cherche à éviter la liquidation. Elle propose à ses créanciers une conversion obligatoire de ses emprunts convertibles pour un total de 19,4 millions de francs, une fois ces derniers parvenus à échéance.

En l'état, Cytos Biotechnology s'estime dans l'incapacité de rembourser ces emprunts. L'entreprise de Schlieren (ZH) relève, dans un communiqué publié mardi, qu'une perte sèche est "hautement probable" en cas de refus de cette opération de la dernière chance.

Cytos, qui a déjà connu plusieurs passes difficiles, doit réunir ses créanciers le 26 janvier. Selon les prévisions de la direction, la firme disposera en février d'un maximum de 16 millions de francs en liquidités, alors que le montant du remboursement obligatoire des emprunts obligataires s'élève à 22,2 millions.

Montage financier

Ceux-ci ayant priorité sur les emprunts convertibles, les détenteurs de ces derniers ne peuvent s'attendre à aucun remboursement, insiste Cytos. Le laboratoire propose un prix de conversion divisé par plus de 30, à 0,25 franc par titre au lieu de 7,71 francs, reflétant ainsi le cours de l'action.

Chaque emprunt convertible subordonné d'une valeur nominale de 2500 francs sera dans ce cas converti en 10'000 actions nominatives Cytos d'une valeur nominale de 10 centimes. Un montant de 25 francs par emprunt, sujet à l'impôt anticipé de 35%, est prévu en cas de validation de la conversion obligatoire.

Des licenciements

Deux tiers des emprunts doivent être convertis pour parvenir à restructurer la dette de la société, qui envisage d'émettre pour ce faire un maximum de 77'490'000 titres. L'opération devra encore obtenir l'aval des actionnaires lors d'une assemblée générale extraordinaire.

Pour mémoire, Cytos a essuyé une perte nette de 23,4 millions de francs au premier semestre 2014, presque deux fois plus élevée qu'un an plus tôt (-13,6 millions). Le chiffre d'affaires est resté stable à 0,5 million.

L'entreprise de biotechnologie zurichoise avait annoncé en mai dernier la réduction de son activité opérationnelle. La mesure a impliqué le licenciement de 24 collaborateurs sur 36.

Bouée de sauvetage

En pleine tourmente, Cytos a par ailleurs annoncé mardi octroyer une licence exclusive à l'américain OnCore Biopharma pour l'accès à sa plate-forme "virus like particle". Celle-ci est destinée au traitement et à la prévention de l'hépatite B.

Cytos propose une option pour le traitement de maladies virales additionnelles autres que la grippe. L'accord prendra effet une fois remplies certaines conditions, en particulier la restructuration de la dette, précise la firme dans un communiqué distinct.

Cytos pourrait percevoir jusqu'à 67 millions de dollars (67,5 millions de francs) en paiements d'étape pour le développement de chaque premier produit dans le segment de l'hépatite B, sur six catégories potentielles.

Des paiements d'étape en fonction des ventes sont également prévus, pour un maximum de 120 millions de dollars, ainsi que des royalties sur les ventes de chaque produit développé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS