Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La flotte de haute mer sous pavillon suisse a été victime de trois accident l'an dernier (Photo prétexte).

Keystone

(sda-ats)

A la une des médias ces derniers temps à cause de la crise dont elle est l'objet, la flotte suisse de haute mer a dû essuyer trois accidents l'an dernier. L'un d'eux a fait deux blessés graves.

Ces deux marins se trouvaient sur un cargo au départ de Porto, le SCL Basilea de l'armateur Enzian Ship Management qui a dû se séparer de toute sa flotte pour raisons financières. L'accident a eu lieu sur une mer agitée. Il est mentionné dans le dernier rapport du Service suisse d‘enquête de sécurité (SESE), comme le précise Daniel Knecht, directeur du SESE confirmant une information d'une émission matinale de la radio publique alémanique SRF.

Les deux autres accidents survenus en 2016 et faisant l'objet d'une enquête du SESE concernent tous deux le MV Sabina, qui bénéficie lui aussi d'une garantie de la Confédération. Dans le premier cas, la machine principale a explosé alors que le navire arrivait à Swinoujscie, en Pologne.

Le navire n'était dès lors plus manoeuvrable et s'est échoué peu après. Quelques mois plus tôt, en octobre 2015, le même bateau s'était déjà échoué une première fois devant les côtes danoises.

Le directeur du SESE ne veut donner aucune indication sur les causes exactes de ces accidents. Il est encore trop tôt et il faudra attendre la publication du rapport final, pas avant le printemps prochain. Mais il est clair que les trois accidents seront examinés en regard de la situation financière de l'armateur. Selon Daniel Knecht, une telle démarche est habituelle dans le cadre d'une enquête dite de sécurité.

Garantie fédérale

La Confédération s'est engagée en 1959 à garantir les risques de la flotte suisse de haute mer, dans un souci d'assurer l'approvisionnement de la Suisse en cas de crise. Berne n'avait jamais dû intervenir jusqu'à l'an dernier.

Le cautionnement de la marine marchande suisse en situation critique a déjà coûté 215 millions de francs à la Confédération. Le Parlement a accordé ce nouveau crédit en juin pour le cautionnement d'urgence de 13 navires, qui seront vendus à perte faute de pouvoir être exploités.

ATS