Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fête de la Saint-Martin ce week-end va une nouvelle fois drainer la foule en Ajoie. La plupart des restaurants qui proposent le menu qui compte une dizaine de plats à base de cochon affichent complets depuis plusieurs semaines.

La fête de la Saint-Martin se célèbre le deuxième week-end du mois de novembre. Sa tradition remonte à très loin. Quand les travaux des champs étaient terminés, les paysans tuaient le cochon pour marquer la fin de la saison. Aujourd'hui, cette tradition est devenue un prétexte à un menu gargantuesque où le cochon est roi.

Chaque année, des milliers de personnes domiciliées à l'extérieur, en particulier des Jurassiens, prennent d'assaut les restaurants. Pour ceux qui s'y seraient pris trop tard, il reste l'espoir de trouver une place pour le "Revira", le 3e week-end du mois.

Le Dictionnaire du Jura énumère ce menu qui peut varier de famille en famille: bouillon, gelée de ménage, boudin et purée de pommes, bouilli avec salade de racines rouges et de carottes, saucisses et atriaux avec röstis, choucroute avec de la viande fumée, rôti, gâteau à la crème (totché) et crème brûlée.

Attention aux calories

Ce repas est sans surprise très riche en calories. L'apport s'élève à quelque 4000 calories, soit l'équivalent des besoins journaliers de deux jours pour une personne qui exerce une activité physique moyenne, selon le site Internet de la société suisse de nutrition. La fête du cochon constitue un écart avec les standards d'une société prônant une alimentation équilibrée.

ATS