Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Paris a mis en garde lundi sur la possibilité d'un attentat "imminent" d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) en France. Au même moment, des militaires français sont arrivés au Niger pour traquer les otages - dont cinq Français - enlevés la semaine dernière, sans doute par cette nébuleuse.
"La menace est réelle, notre vigilance est renforcée", a souligné le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, rappelant que le plan de sécurité Vigipirate restait activé au niveau rouge, dernier cran avant le niveau écarlate.
Une mise en garde "sur la base d'un renseignement venu d'un pays ami avec lequel la France travaille très régulièrement", indiquant qu'AQMI "ferait peser une menace imminente d'attentat sur le territoire national", explique une source proche du ministère.
Tour EiffelSelon une autre source, le renseignement aurait été transmis par l'Algérie, d'où sont originaires les principaux chefs d'AQMI. "On ne sait pas quand et où l'attentat aura lieu, mais on sait qu'il aura lieu", a déclaré un responsable des services de renseignements français, sous couvert d'anonymat.
Les surveillances policières ont été renforcées ces derniers jours autour des édifices publics et des lieux de culte juifs, notamment pour la fête religieuse du Yom Kippour. La semaine dernière, la Tour Eiffel a été évacuée à la suite d'une fausse alerte à la bombe.
AQMI crie vengeanceAQMI avait désigné la France comme cible après une opération franco-mauritanienne le 22 juillet contre une base de l'organisation au Mali pour libérer l'otage français Michel Germaneau, 78 ans, enlevé le 19 avril, déjà dans le nord du Niger.
Sept jihadistes avaient été tués, mais l'otage n'avait pas été libéré. AQMI a ensuite annoncé l'avoir exécuté, même si son corps n'a pas été retrouvé.
Sur le deuxième front de l'affrontement France-AQMI, Paris a envoyé au Niger quelque 80 militaires participer à la traque des ravisseurs des sept otages - cinq Français, un Togolais, un Malgache - enlevés le 16 septembre à Arlit, site minier stratégique du géant du secteur nucléaire français Areva dans le nord Niger.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS