Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La France s'est de nouveau engagée à ramener son déficit public à 4,5% du PIB en 2012. Le gouvernement reconnaît pourtant que cet objectif pourrait être remis en cause par l'éventuel impact de la recapitalisation de la banque Dexia.

La "trajectoire" des finances publiques françaises prévoit de ramener le déficit public de 5,2% en 2011 à 4,5% en 2012, puis 3% en 2013, selon l'engagement européen du président François Hollande.

Cet objectif de 4,5% en 2012 est "maintenu" uniquement "hors opération exceptionnelle de recapitalisation de Dexia", affirme le ministère de l'Economie et des Finances dans la présentation du projet de loi de finances rectificatif de fin d'année, présenté mercredi en conseil des ministres.

L'institut européen des statistiques Eurostat n'a en effet pas encore décidé si cette recapitalisation par l'Etat, à hauteur de 2,6 milliards d'euros, viendrait alourdir le déficit public (Etat, collectivités locales et Sécurité sociale) de la France. Sa décision est attendue d'ici un mois.

Le ministère des Finances a également revu une nouvelle fois à la baisse la charge de la dette de l'Etat pour 2012. Grâce à des taux d'intérêt historiquement bas, elle devrait s'élever à 46,4 milliards d'euros, soit 300 millions de moins que prévu en septembre et 2,4 milliards de moins qu'attendu à l'automne 2011.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS