Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - La France a poursuivi le renvoi de Roms vers la Roumanie, motivé par la lutte contre l'insécurité. Critiqué pour sa politique d'expulsions, Paris estime n'avoir "pas de leçons à recevoir".
Un avion transportant environ 130 Roms a décollé vendredi de l'aéoroport parisien de Roissy. Arrivés à l'aéroport encadrés par la police, le visage fermé, ils n'ont fait aucune déclaration à la presse, a constaté une journaliste de l'AFP. L'appareil s'est posé à Timisoara, dans l'ouest de la Roumanie.
Le ministre français de l'immigration Eric Besson avait annoncé que 139 Roms seraient expulsés vendredi, après le renvoi jeudi de 86 personnes vers la Roumanie, le premier depuis l'annonce fin juillet par Nicolas Sarkozy de mesures sécuritaires ciblant les immigrés.
"Pas de leçons à recevoir"
"La France est le pays d'Europe le plus respectueux en matière de droits des étrangers et notamment des étrangers en situation irrégulière, ou - soyons plus modestes - l'un des pays les plus respectueux, donc nous n'avons pas de leçons à recevoir", a-t-il assuré vendredi. D'ici à la fin août, le nombre des personnes reconduites devrait atteindre "à peu près 850", a-t-il précisé.
Ces expulsions ne sont, selon le gouvernement, qu'une accélération d'un processus à l'oeuvre depuis des mois, puisque plus de 25 vols de ce genre ont eu lieu depuis le début de l'année.
Par ailleurs, les évacuations de campements roms se poursuivent. Dans la ligne d'une réunion fin juillet à l'Elysée sur les Roms et les gens du voyage, le ministre de l'intérieur Brice Hortefeux a indiqué que 78 camps avaient été démantelés à ce jour, sur un objectif de 300 en trois mois.
Stigmatisation
Les Roms seraient 15'000 en France, où ils vivent souvent dans des squats. La ministre de la famille Nadine Morano les a accusés d'exploiter leurs enfants à des fins de mendicité et de trafics. Ces déclarations ont conduit le député socialiste Arnaud Montebourg à lui reprocher d'instaurer "une sorte de racisme officiel".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS