Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement socialiste français donne un coup de canif dans l'emblématique réforme des retraites de l'ex-président conservateur Nicolas Sarkozy. Il a annoncé le rétablissement de la retraite à 60 ans pour certains salariés. Un signal à destination de l'électorat populaire, à quatre jours des législatives.

La ministre des Affaires sociales Mariosol Touraine a présenté mercredi en Conseil des ministres les contours d'un décret qui va permettre un départ à la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler à 18 ou 19 ans et ayant la totalité de leur durée de cotisation (41 ans ou 41,5 selon l'année de naissance).

Cette décision concernera 110'000 personnes par an, salariés du public comme du privé, dès 2013 - soit environ 12% d'une cohorte de retraités - pour un coût estimé à 1,1 milliard cette année-là et jusqu'à 3 milliards en 2017, à la fin du mandat de François Hollande, a précisé Mme Touraine.

Celle-ci a assuré que la mesure était "entièrement financée" par l'augmentation prévue des cotisations vieillesse. "Elle ne pèsera donc pas sur la situation financière des régimes de retraite et ne remet pas en cause le respect des engagements de la France en matière de redressement des finances publiques", promet le gouvernement.

"Corriger une injustice"

"C'était une mesure nécessaire, indispensable, pour corriger une injustice créée par la réforme des retraites de 2010", qui avait porté à 62 ans l'âge minimum de départ à la retraite, a estimé la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem.

Mme Touraine a fait valoir que ce dispositif allait permettre à "des femmes qui ont travaillé et ont eu des enfants de ne pas être pénalisées dans le calcul de leur retraite". Ce dispositif est notamment favorable aux mères de famille et aux chômeurs âgés, qui verront inclure dans le calcul de leur retraite deux trimestres supplémentaires considérés comme "cotisés".

ATS