Navigation

La fraude hante l'entre-deux tours de la présidentielle afghane

Ce contenu a été publié le 27 avril 2014 - 15:52
(Keystone-ATS)

La fraude a faussé les résultats du premier tour de l'élection présidentielle en Afghanistan, ont affirmé dimanche les deux candidats arrivés en tête, Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah. Ce dernier soutient même qu'en l'absence d'irrégularités, sa victoire aurait été "évidente".

Ce scrutin, première passation de pouvoir d'un président afghan démocratiquement élu à un autre, est considéré comme un test majeur pour ce pays de 28 millions d'habitants toujours aux prises avec une violente insurrection des talibans. L'Etat plongera en effet dans l'inconnu après le retrait des 51'000 soldats de l'Otan d'ici à la fin de l'année.

M. Abdullah, un ancien ministre des Affaires étrangères, est arrivé largement en tête du premier tour du 5 avril avec 44,9% des voix. Soit plus de 13 points d'avance sur M. Ghani (31,5%), un ancien économiste de la Banque mondiale, selon les résultats préliminaires publiés samedi.

Ces résultats ouvrent la voie à l'organisation d'un second tour entre les deux hommes, qui pourrait avoir lieu le 7 juin. Entre temps, les candidats ont l'opportunité de contester les résultats du premier tour, ce qu'ils ont commencé à faire dès dimanche.

"Fraudes systématiques"

"Il y a eu, partout, fraudes et violations, organisées et systématiques, qui auraient pu être évitées", a déclaré M. Abdullah lors d'une conférence de presse à Kaboul. "A Hérat", la grande ville de l'ouest afghan, "des centaines de milliers de votes ont été invalidés en deux heures", a-t-il pris pour exemple.

"Nous disons depuis le départ que la fraude est notre principal ennemi", a-t-il ajouté. Il a affirmé disposer de "documents" et de "preuves" montrant qu'en l'absence de fraudes, il aurait pu remporter une victoire "nette et évidente" dès le premier tour.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.