Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fumée des incendies dans la nature, notamment de forêt, a provoqué 339'000 décès en moyenne par an dans le monde de 1997 à 2006. Une étude qui représente la première estimation de cette cause de mortalité, a été présentée samedi lors d'une conférence scientifique à Vancouver.

L'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud-est ont été les plus touchées avec respectivement 157'000 morts - près de la moitié du total - et 110'000 décès.

Cette recherche est publiée dans la revue "Environmental Health Perspectives" et a été dévoilée à la conférence annuelle de la Société américaine pour l'avancement de la science (AAAS), réunie ce week-end à Vancouver (Colombie Britannique, ouest du Canada).

"Il est temps de s'inquiéter de l'impact de la déforestation sur les incendies qui affectent la santé humaine", a expliqué lors d'une conférence de presse Fay Johnston, du Menzies Research Institute à l'Université de Tasmanie en Australie, et principal auteur de cette étude.

Emissions de particules

"Les émissions de particules produites par les feux dans la nature sont un important facteur de mortalité dans le monde", conclut cette recherche. Les auteurs ont surtout mesuré l'impact des particules dans la fumée inférieure à 2,5 micromètres qui forment une partie importante de la fumée de ces incendies.

Ils ont tout d'abord utilisé les données fournies par des satellites pour rassembler des informations sur les zones affectées par les feux chaque année. Ces chercheurs se sont aussi appuyés sur des modèles informatiques et d'autres sources de données.

Ils ont également appliqué un modèle reconnu par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour déterminer la mortalité annuelle de toutes causes liées à la fumée dans les différentes régions du monde.

ATS