Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les radins ont moins de matière grise que les généreux, selon une étude menée par des chercheurs zurichois. Le volume d'une certaine région du cerveau influence la disposition des gens à se montrer altruistes, expliquent-ils dans la revue "Neuron".

Les participants à l'étude étaient priés de partager des sommes d'argent avec des partenaires anonymes. Ce faisant, leur activité cérébrale ainsi que le volume de matière grise étaient mesurés, indique l'Université de Zurich mercredi.

Les résultats montrent que chez les personnes peu ouvertes au partage, la région du cerveau située derrière l'oreille - lobes pariétal et temporal - était très active à partir de petites sommes d'argent déjà. Chez les plus généreuses, cet endroit du cerveau ne s'est activé que lors d'échanges plus importants.

Processus sociaux

C'est la première fois que "le lien est démontré entre altruisme, anatomie et activité cérébrale", se réjouit le responsable des recherches Ernst Fehr. "Cela dit, il ne faut en aucun cas conclure qu'un caractère altruiste n'a qu'une origine biologique".

Le volume de matière grise est également défini par des processus sociaux, précise-t-il. Les résultats soulèvent la question de savoir s'il est possible d'encourager la croissance des régions cérébrales desquelles dépendent l'altruisme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS