Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Genève, l'affaire du voyage du conseiller d'Etat Pierre Maudet à Abu Dhabi rebondit devant le Grand Conseil par le biais d'une nouvelle résolution (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

A Genève, l'affaire du voyage à Abu Dhabi de Pierre Maudet revient au Grand Conseil. La gauche et le MCG demandent une session extraordinaire pour voter une résolution qui réprouve l'acceptation de ce "luxueux cadeau".

"Cette résolution est un acte politique fort", a relevé jeudi devant la presse Jean Batou, député d'Ensemble à Gauche. Cette démarche initiée par son groupe est soutenue par le PS, les Verts et le MCG.

Avec 52 voix, ces quatre partis ont la majorité au Grand Conseil. Ils comptent voter cette résolution sur le siège, c'est-à-dire sans passer par une commission. "Il y a urgence", a relevé la Verte Alessandra Oriolo. L'élue insiste sur le devoir de haute surveillance qui incombe au Grand Conseil dans cette affaire.

Cette séance extraordinaire, qui doit être sollicitée par trente députés, devrait avoir lieu au plus tard le 21 juin, date de la prochaine session du parlement. La décision reviendra au bureau du Grand Conseil.

Risques de dérive

Pour le MCG François Baertschi, il s'agit d'abord d'une question de principe: "accepter un pareil cadeau ouvre la porte à toutes les dérives". Pierre Maudet et son chef de cabinet ont précisément fait ce que le règlement interdit aux fonctionnaires, relèvent les quatre groupes. Selon eux, le caractère au moins en partie officiel de ce voyage est incontestable.

La résolution a été rendue publique jeudi quelques heures avant la cérémonie de prestation de serment du nouveau Conseil d'Etat. Ce timing n'est pas anodin, selon le socialiste Thomas Wenger. En effet, le devoir de transparence, d'exemplarité et de vérité des magistrats est mis en exergue lors de ce moment solennel.

Indépendance

"Cette prise de position politique et morale n'est pas une condamnation", a ajouté Jocelyne Haller d'Ensemble à Gauche. Les signataires de la résolution relèvent qu'une procédure pénale est en cours pour acceptation d'un avantage. Ils rappellent à cet égard que l'indépendance de la justice doit être garantie.

Il appartiendra aussi à la commission de contrôle de gestion, qui vient d'être saisie de cette affaire, de faire toute la lumière, notamment sur une possible attente de contreparties en échange de ce cadeau. Pierre Maudet, tout juste nommé à la présidence du Conseil d'Etat, avait reconnu n'avoir pas payé lui-même son voyage controversé.

Il s'était rendu à Abu Dhabi en novembre 2015 avec sa famille et son chef de cabinet ainsi qu'un entrepreneur genevois pour assister au Grand Prix de F1. Un entrepreneur libanais, qui était le contact sur place de l'organisateur du voyage, a réglé la facture qui pourrait s'élever à plusieurs dizaines de milliers de francs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS