Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Avec cette initiative visant à plafonner les primes de l'assurance-maladie à 10% du revenu du ménage, la gauche genevoise veut "donner une bouffée d'oxygène" aux habitants du canton (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La gauche genevoise lance une initiative cantonale visant à plafonner les primes de l'assurance maladie à 10% du revenu du ménage. Elle estime qu'il est urgent d'agir sur le plan local en attendant une refonte du système fédéral.

"Nous plaidons pour une réforme à Berne mais il faut déjà intervenir localement. Nous ne pouvons plus attendre", a expliqué lundi devant la presse à Genève Carole-Anne Kast, présidente du parti socialiste genevois. L'Alternative, composée des Verts, du PS et d'Ensemble à Gauche, veut ainsi "donner une bouffée d'oxygène" aux Genevois qui paient les primes parmi les plus élevées du pays.

Le texte ne vise pas les personnes en situation très précaire. De l'avis des initiants, ils sont déjà pris en charge par l'Etat. Il s'adresse surtout à "cette classe qui travaille, cumule parfois deux emplois et dont les primes dépassent 10% du revenu du ménage", a précisé Nicolas Walder, président des Verts.

Aider les retraités

Concrètement, l'initiative veut soutenir les personnes qui ne sont jusqu'ici pas aidées, ou peu, par le système des subsides: les familles de la classe moyenne, les retraités seuls ou en couple et les couples sans enfant. Elle veut aussi éviter les effets de seuil.

S'agissant du financement, aucune mention n'en est faite dans le texte et les initiants restent vagues sur ce point, le "laissant à l'appréciation du Conseil d'Etat". Mais ils considèrent que des "mesures simples" permettraient de couvrir les coûts supplémentaires qu'ils estiment à environ 250 millions de francs par an.

Deux pistes

Le socialiste Thierry Apothéloz, conseiller administratif de Vernier et candidat au Conseil d'Etat, avance tout de même deux pistes qui "peuvent couvrir l'entier des coûts" de cette initiative: l'abandon du bouclier fiscal, une proposition de la gauche refusée à d'autres occasions par le Grand Conseil et la population, et la réévaluation des biens immobiliers non-locatifs.

Les initiants ont jusqu'au mois de mars pour récolter quelque 5100 signatures valables. Outre un soutien aux Genevois, ils espèrent ainsi lancer "un signal politique", a répété Jocelyne Haller, députée d'Ensemble à Gauche. "Il faut changer ce système".

Vaud aussi

Dans le canton de Vaud, qui enregistre la plus forte hausse des primes de l'assurance maladie de base pour 2018, l'idée de les plafonner a déjà fait son chemin. Dans le cadre du volet social de la RIE III cantonale votée en 2016, il a été convenu que le poids des primes sera plafonné à 10% du revenu des ménages dès janvier 2019. Un premier pas en ce sens sera fait dès septembre 2018 avec un plafond à 12%.

Sur le plan national, le PS planche par ailleurs sur une initiative visant à limiter la charge des primes de l'assurance obligatoire des soins à 10% du revenu disponible des assurés. Et d'autres propositions ont été formulées pour tenter de freiner la spirale de la hausse des primes.

Une initiative lancée en septembre veut ainsi donner aux cantons la liberté de créer des institutions cantonales de compensations des coûts, chargées notamment de fixer et d'encaisser les primes cantonales. Un autre texte veut interdire aux parlementaires de siéger dans les directions des caisses d'assurance maladie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS