Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les participants à la Gay Pride de Belgrade ont lancé dimanche un appel à la solidarité avec les migrants qui transitent par les Balkans en route vers l'UE. La manifestation s'est déroulée sans incident mais sous haute protection policière.

Un grand panneau noir a été arboré sur lequel était écrit en lettres roses: "Europe ouvre tes portes". Allusion aux migrants, dont des réfugiés fuyant les conflits au Moyen-Orient qui transitent par dizaines de milliers par les Balkans.

"La communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels, ndlr.), est solidaire de nos amis en difficulté, avec les migrants qui arrivent tous les jours demandant, comme la communauté LGBT, seulement le respect de leur droit à être heureux", a déclaré aux participants l'écrivaine Biljana Srbljanovic.

Plusieurs centaines de personnes, dont le maire de Belgrade Sinisa Mali et la ministre serbe aux Intégrations européennes Jadranka Joksimovic, ont défilé dans le centre de Belgrade. L'atmosphère était bon enfant.

Musique techno

Au milieu du cortège, un groupe de militants LGBT portait un énorme drapeau arc-en-ciel d'au moins dix mètres de long. Une partie des participants se sont déhanchés au rythme d'une musique techno déversée par un camion en tête de la parade.

Plusieurs milliers de policiers anti-émeutes avaient néanmoins été mobilisés. "Cela me fait plaisir de voir que désormais la Pride a lieu régulièrement, mais cet énorme dispositif sécuritaire montre (...) qu'un long chemin est devant nous", a déclaré Ivana Malisic, 34 ans, une des participantes.

Moins de menaces

Les organisateurs de la Gay Pride ont noté une baisse significative cette année du nombre de menaces de la part de groupes de l'extrême droite. Celles-ci avaient conduit les autorités à interdire cette marche à plusieurs reprises dans le passé.

Néanmoins, les médias locaux ont rapporté que 54 personnes, soupçonnées d'avoir voulu s'en prendre aux participants de la marche, avaient été arrêtées dimanche à Belgrade. Une information que la police n'a pas été en mesure de confirmer dans un premier temps.

Société traditionaliste

L'an dernier, une première Gay Pride a pu avoir lieu sans incident dans la capitale serbe. Le défilé a été une nouvelle fois surveillé de près par l'Union européenne qui le considère comme un test du respect des droits de l'Homme dans cette ex-république yougoslave ayant démarré en janvier 2014 les négociations d'adhésion à l'UE.

La Serbie, où plus de 80% des 7,1 millions d'habitants sont des chrétiens orthodoxes, est une société très traditionaliste. Lors du défilé de 2010, les violences provoquées par des extrémistes hostiles à la Gay Pride avaient fait plus de 150 blessés, des policiers pour la plupart, et provoqué des dégâts évalués à plus d'un million d'euros.

ATS