Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2014, la gay pride de Singapour avait rassemblé près de 26'000 personnes, qui avaient illuminé le Speaker's Corner de points roses (archives).

KEYSTONE/EPA/PINK DOT SG / HANDOUT

(sda-ats)

Les étrangers n'auront pas le droit de participer cette année à la gay pride de Singapour, ont annoncé les organisateurs de l'événement. Le gouvernement local semble durcir le contrôle des rassemblements publics.

Pink Dot (Point rose), la gay pride organisée chaque année à Singapour depuis 2009, a par le passé rassemblé jusqu'à 28'000 personnes, en dépit de réactions violentes de groupes conservateurs dans ce pays de 5,6 millions d'habitants.

Le gouvernement a cependant pris en novembre de nouvelles dispositions pour n'autoriser que les Singapouriens et les résidents permanents à participer à ce rassemblement, qui a lieu comme la plupart des manifestations à Speaker's Corner.

Vérifications d'identités

Les organisateurs de la gay pride ont annoncé dans un communiqué diffusé dimanche sur leur page Facebook qu'ils devraient cette année procéder à des vérifications d'identités en marge de la manifestation. Faisant part de leurs "profonds regrets", ils écrivent que la police leur a rappelé que la gay pride serait elle aussi soumise aux nouvelles règles.

"Pour pouvoir continuer à utiliser Speaker's Corner, les organisateurs de Pink Dot 2017 n'ont d'autre choix que de souscrire à la règle, car les organisateurs ou les étrangers qui resquilleraient seront passibles de poursuites", ont-ils dit. Contrevenir à cette règle est passible d'une amende de 10'000 dollars de Singapour (7100 francs) et de six mois d'emprisonnement.

Singapour a également interdit aux sociétés étrangères de financer la gay pride annuelle parrainée jusqu'alors par des groupes internationaux comme Google et Facebook. Seules des personnes physiques ou morales singapouriennes sont autorisées à parrainer des événements au Speaker's Corner.

Aucune loi contre les discriminations

En juin 2016, Singapour avait enjoint Google, Facebook et la banque Goldman Sachs de ne pas s'immiscer dans ses affaires intérieures, après la gay pride parrainée par ces sociétés. A Singapour, il n'existe aucune loi contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle, les unions civiles entre homosexuels ne sont pas reconnues et le mariage homosexuel est interdit.

Pink Dot, qui proteste contre les discriminations subies dans ce pays conservateur par les homosexuels, fait pression en vue de l'abrogation de l'article 377a du code pénal singapourien. Celui-ci considère les rapports sexuels entre hommes comme un crime.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS