Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre de postes dans les banques en Suisse a diminué d'environ 1% au premier semestre 2017, selon l'enquête annuelle de l’ASB (photo symbolique).

KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI

(sda-ats)

Pour le secteur bancaire helvétique, le contexte reste exigeant cette année, après un exercice 2016 laborieux. A fin mai 2017, les banques en Suisse ont quand même étoffé leurs avoirs sous gestion de 4,2%. Mais leurs effectifs ont encore reculé au 1er semestre.

Entre fin décembre et fin mai, les actifs sous gestion dans les banques en Suisse ont gonflé de 277,7 milliards de francs pour totaliser 6871,4 milliards, indique le baromètre de l'Association suisse des banquiers (ASB) publié jeudi. Sur l'entier de 2016, ils avaient crû de 1,3% comparé à 2015, selon la statistique de la Banque nationale suisse (BNS) publiée en juin.

Depuis le début de l'année 2017, les actifs sous gestion profitent de l’évolution relativement favorable de l’économie mais aussi d’un effet monétaire, explique l'ASB. En effet, l'appréciation de la monnaie européenne par rapport au franc a entraîné dans son sillage les actifs libellés en euros.

A la fin de l'an passé, la part des avoirs des clients étrangers est passée de 49,3% à 48,2%. Même avec les mesures en matière de transparence fiscale - dont l'entrée en vigueur en janvier de l'échange automatique de renseignements (EAR) - cette proportion varie peu. Avec une part de marché de 24% dans la gestion transfrontalière, la Suisse reste le numéro un mondial.

Défis de taille

Mais l'environnement, lui, reste difficile, affirme la branche. Elle évoque les coûts de la réglementation, les taux d’intérêt négatifs, l'érosion des marges, les clients toujours plus exigeants, la transition numérique, le Brexit ou encore les incertitudes quant à la politique des Etats-Unis.

L'emploi bancaire en Suisse continue d'en pâtir, sur fond de consolidation et d'externalisation d'activités. Le nombre de postes est passé de 88'006 à 87'035 entre la fin 2016 et fin juin 2017, soit un repli d'environ 1%, révèle l'enquête annuelle de l’ASB. En parallèle, les effectifs à l’étranger se sont étoffés (+283 postes).

Si la baisse s'avère moins marquée que les années précédentes, elle s'inscrit dans une tendance de longue date. Pour rappel, à fin 2016, les effectifs globaux des banques établies en Suisse - y compris les postes à l'étranger - se sont tassés de 2,5% à 120'843 équivalents plein temps. Au niveau national, le nombre a diminué de 1,6% pour s'établir à 101'382.

Pour le deuxième semestre, une banque sondée sur quatre (24,7%) anticipe une hausse des effectifs, ce que l'ASB interprète comme un regain d'optimisme par rapport aux années précédentes. La grande majorité cependant, représentant 87% de l'emploi total, table sur des effectifs inchangés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS