Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Grèce et la Suisse mènent à nouveau des discussions sur un éventuel accord fiscal. Selon l'agence allemande DPA, le ministre des finances adjoint grec Giorgos Mavraganis se trouve dimanche à Berne pour boucler les négociations.

Les discussions entre la Suisse et la Grèce sur un accord fiscal sont en voie d'achèvement, selon une source du ministère grec des finances. Un accord devrait être signé d'ici la fin du mois de septembre. Contacté par l'ats, le Département fédéral des finances (DFF) n'a pas souhaité s'exprimer.

L'accord fiscal devrait permettre d'imposer les comptes grecs en Suisse. Suivant le modèle établi avec d'autres pays, les détenteurs de comptes non déclarés disposent de deux possibilités. Ils peuvent conserver leur anonymat mais accepter d'être imposé jusqu'à 30% ou alors s'annoncer directement aux autorités fiscales de leur pays.

La Suisse et la Grèce ont déjà mené des discussions l'an dernier pour un impôt libératoire. Elles n'ont cependant abouti à aucun résultat concret. Les pourparlers ont connu un temps d'arrêt durant la délicate phase de la formation du gouvernement grec.

Montants inconnus

Le mystère demeure sur le montant des fonds grecs dissimulés en Suisse. Dans la presse grecque, les estimations vont de 2 à 200 milliards d'euros.

La Grèce, menacée par une faillite depuis 2010, tente de limiter une évasion fiscale endémique dans le pays, mais avec un succès limité. L'ancien premier ministre grec Georges Papandréou a estimé jeudi que son pays aurait pu éviter le plan de sauvetage sans l'importante fuite des capitaux vers les paradis fiscaux, qu'il a qualifiée de "vol véritable".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS