Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Grèce aborde lundi une semaine cruciale face à ses créanciers internationaux, avec un Premier ministre, Antonis Samaras, et son nouveau ministre des Finances indisponibles pour raisons de santé. Opéré de l'oeil samedi, M. Samaras ne se rendra pas au sommet européen des 28 et 29 juin.

L'annonce est tombée dimanche que M. Samaras, 61 ans, qui avait subi la veille une délicate et urgente opération de l'oeil, ne pourrait représenter au plus haut niveau la Grèce au sommet européen qui doit aborder une fois de plus la situation financière d'une zone euro toujours sous la menace d'un effet domino si Athènes ne peut redresser la barre.

Parallèlement, le nouveau ministre des Finances, Vassilis Rapanos, 65 ans, reste hospitalisé. Victime vendredi d'un sérieux malaise, sans avoir eu le temps de prêter serment, M. Rapanos est chargé de la révision du plan d'austérité, dont le mémorandum a été signé en février avec l'UE et le FMI en échange d'une nouvelle aide massive.

Ce double coup du sort fait que la Grèce, en quasi-faillite, sera représentée par défaut à Bruxelles par son chef de la diplomatie, Dimitris Avramopoulos, et ne dispose que d'un ministre des Finances par intérim, George Zannias, qui l'y accompagnera.

Report de la visite de la troïka

Victime d'un décollement de la rétine, Antonis Samaras, âgé de 61 ans, a subi avec succès une opération au laser et devrait sortir de l'hôpital lundi. Mais il lui faudra "des jours et des semaines" pour recouvrer la "pleine possession de ses moyens", a averti son chirurgien, Panagiotis Theodosiadis.

Une délégation de la troïka (UE, BCE et FMI) était attendue lundi à Athènes pour une première étape d'une renégociation du plan d'austérité. Mais cette mission des bailleurs de fonds de la Grèce a été reportée à une date ultérieure qui n'a pas encore été fixée, a indiqué dimanche une source gouvernementale.

La Grèce a posé officiellement samedi ses exigences d'un report minimum de deux ans, à l'horizon 2016, des objectifs d'assainissement, et d'une remise en cause de mesures prévues dans le mémorandum.

ATS