Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Devant le siège de Tamedia à Zurich, les journalistes de l'ats en grève ont appelé mercredi le conseil d'administration de l'agence à s'asseoir à la table des négociations.

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

La rédaction de l'ats, qui a manifesté mercredi devant le siège de Tamedia à Zurich, a voté la poursuite de la grève. Lors d'une réunion extraordinaire, le conseil d'administration de l'agence a décidé d'entamer des discussions avec la Commission de rédaction (CoRé).

Une première rencontre devrait avoir lieu cette semaine déjà, a indiqué un communiqué du conseil d'administration. Ce dernier est prêt à entendre et discuter les revendications du personnel. Dans le même temps, il confirme la stratégie choisie de positionner l'agence comme une entreprise performante et tournée vers l'avenir.

Mercredi après-midi, l'assemblée du personnel a pour sa part décidé de reconduire le mouvement pour une troisième journée consécutive, ont annoncé un communiqué de syndicom ainsi que le fil Twitter Inside SDA/ATS. Sur le même canal, les journalistes ont fait savoir qu'ils rediscuteraient jeudi matin de la suite du mouvement.

Les agenciers, en grève depuis mardi matin, se sont rendus mercredi à Zurich devant le siège du groupe Tamedia, principal actionnaire de l'agence, selon des images d'ats-vidéo. Ils ont dressé une table ronde et deux chaises pour symboliser leur revendication d'une discussion directe avec le président du conseil d'administration de l'ats, Hans Heinrich Coninx, dont la famille contrôle le groupe Tamedia.

"Négociations sérieuses"

Dans un communiqué, syndicom souligne que la grande solidarité qui entoure le mouvement conforte les rédacteurs en grève dans leur lutte pour les places de travail, mais aussi pour l'approvisionnement du pays en informations.

Pour souligner le caractère national de leur lutte, les grévistes ont annoncé qu'ils se rendront jeudi en Suisse romande. Il estiment que sans l'ats la partie francophone risque de devoir se contenter d'une offre en information réduite.

Le personnel exige une suspension des résiliations tant qu'une stratégie "solide et responsable" pour l'agence ne soit présentée, des "négociations sérieuses" avec la direction et le conseil d'administration, ainsi qu'une amélioration du plan social pour les employés touchés par la restructuration, en particulier les plus âgés.

L'appel de Doris Leuthard

La ministre de la communication Doris Leuthard s'est exprimée sur la question. Interrogée mardi soir dans l'émission Forum de la RTS, elle a souligné que "l'ats joue un rôle important pour le monde médiatique suisse". Elle a rappelé que l'agence permettait aux médias, aux plus petits en particulier, de diminuer leurs coûts. Sans l'agence, ils ne seraient pas en mesure de proposer des informations dans tous les domaines.

"Il est donc important pour la Suisse, pour la presse, que l'ats continue à jouer son rôle et j'espère que les propriétaires de l'agence et les partenaires sociaux trouvent des solutions", a ajouté la conseillère fédérale. Sur le rôle de la Confédération, elle a cependant ajouté: "Nous sommes un client comme d'autres. On contribue comme client pour avoir une offre dans toutes les langues, mais nous ne sommes pas propriétaires. La Confédération joue un rôle mineur".

Lors de la conférence de presse du gouvernement de mercredi, le porte-parole du Conseil fédéral André Simonazzi a indiqué que le gouvernement souhaitait que les partenaires sociaux trouvent une solution dans ce conflit.

La rédaction conteste le plan de restructuration et exige de pouvoir négocier avec le conseil d'administration de l'agence. Elle reproche en particulier à la direction de ne pas être entrée en matière sur ses principales revendications. Elle conteste l'ampleur et la rapidité de l'annonce des coupes (environ 36 postes sur un total de 150 équivalents plein temps dans la rédaction).

Période de consultation

La direction précise de son côté qu'elle a mené plusieurs discussions avec la Commission de rédaction (CoRé), aussi bien durant la période de consultation qu'après la fin de ce délai, en particulier au sujet du plan social.

L'agence a annoncé des pertes de recettes de 3,1 millions de francs pour l'année 2018. Celles-ci s'ajoutent à une perte de 1 million pour l'année 2017. En cause, une baisse des tarifs et l'abandon de certains services par les clients. Pour la direction, ces pertes sont structurelles et rendent la restructuration inévitable. Une grève d'avertissement de trois heures avait déjà eu lieu mardi dernier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS