Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Conakry - Les Guinéens ont commencé à voter dimanche peu après 08h00 suisses pour élire leur président, lors du second tour du premier scrutin libre de leur histoire. Cette élection se déroule après plusieurs semaines de tensions politico-ethniques.
Quelque 4,2 millions d'électeurs vont choisir entre Cellou Dalein Diallo, plusieurs fois ministre puis premier ministre sous le régime du défunt général Lansana Conté (1984-2008) et l'universitaire Alpha Condé. Celui-ci s'est opposé à tous les régimes en place et a passé deux années en prison.
Ils avaient obtenu respectivement 43% et 18% des voix au premier tour. Dans une école du bord de mer à Conakry, transformée en bureau de vote, Saïdou Cissé, médecin à la retraite de 67 ans, était présent une heure avant le début du scrutin, "pour ce jour très spécial", dit-il.
"Tout le monde est pressé d'en finir avec l'ancien système, les détournements au profit de quelques-uns, la gabegie", affirme-t-il. Dans d'autres quartiers de la capitale, un journaliste de l'AFP a constaté que plusieurs centaines d'électeurs attendaient dans le calme de pouvoir accomplir leur devoir électoral.
Appel au calme
Sous la pression de la communauté internationale, les deux candidats, d'ethnies peule et malinké, les deux plus importantes de Guinée, avaient lancé ensemble un appel au calme et à la fraternité, vendredi. La campagne a été marquée par des violences politico-ethniques.
Les deux camps s'étaient accusés mutuellement de fomenter des fraudes et une tension ethnique latente, attisée par des rumeurs, avait débouché sur divers affrontements. Ces élections libres sont les premières depuis l'indépendance acquise face à la France, ancienne puissance coloniale, en 1958.
Si ce second tour se déroule sans violence, il pourrait marquer un tournant dans la vie politique de ce pays d'Afrique de l'Ouest riche en ressources minières. Mais les observateurs se montrent prudents face à un tel scénario estimant que des affrontements ethniques demeurent possibles si les résultats du scrutin sont contestés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS