Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Jeunesse socialiste (JS) souhaite voir passer sa députation au National de quatre à six personnes. Elle "boostera" sa campagne nationale trois semaines avant les élections avec des appels téléphoniques à plus de 10'000 personnes, a-t-elle annoncé mardi.

Quatre jeunes socialistes siègent actuellement sous la Coupole: Mathias Reynard (VS), Rebecca Ruiz (VD), Cedric Wermuth (AG) et Nadine Masshardt (BE). Pour compléter l'offre, 184 candidats se lancent dans la course. A l'exception de Genève et du Valais, les listes sont complètes.

Dans 21 cantons, la JS présente des listes sous son propre label et apparentées au Parti socialiste. Les candidats y figurant n'ont toutefois guère de chance de succès, mis à part à Zurich où le seuil pour obtenir un siège est relativement bas. Plusieurs jeunes seront donc présents sur les listes "mères".

Six espoirs

Selon le président de la Jeunesse socialiste, Fabian Molina, qui figure lui-même sur une telle liste à Zurich, six candidats ont ainsi des chances d'être élus le 18 octobre. Les noms de Mattea Meyer à Zurich et de Sarah Wyss à Bâle-Ville sont mis en avant.

Deux jeunes étudiants se lancent en outre dans la campagne pour le Conseil des Etats à Schwyz, un canton actuellement représenté par deux UDC.

La JS dispose d'un budget de 100'000 francs. Elle fera campagne sur cinq thèmes: les apprentis, la paix, le féminisme, la lutte contre la loi sur surveillance de la sphère privée à outrance et l'initiative contre la spéculation sur les denrées alimentaires.

Représentativité

Les candidatures de la JS se veulent représentatives avec 85 femmes et 99 hommes, une moitié de personnes dans la vie active ou en apprentissage et 85 étudiants. C'est aussi au nom de la représentativité que les jeunes socialistes veulent accroître leur députation.

Sur 200 conseillers nationaux, 18 ont moins de 40 ans alors que cette tranche d'âge correspond à 27% de la population. Résultat: les problématiques que peuvent rencontrer les jeunes (études, apprentissage, conciliation armée-formation, échange Erasmus) ne sont que rarement abordées, selon Mathias Reynard. Au niveau suisse, la JS accepte des membres jusqu'à l'âge de 35 ans.

ATS