Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Haute Cour de Londres a confirmé mercredi l'extradition vers la Suède du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, recherché pour une affaire de viol et agressions sexuelles présumées. Ce jugement qui survient après 11 mois de bataille juridique est susceptible d'appel.

Les deux juges chargés du dossier ont rejeté dans leurs attendus les arguments de la défense selon laquelle la demande d'extradition de l'Australien de 40 ans était "injuste et contraire à la loi". La Haute Cour confirme ainsi en appel une première décision d'un tribunal en février d'extrader Julian Assange.

La Cour a notamment rejeté l'argument selon lequel certains faits qualifiés de viol en Suède pouvaient s'apparenter à un acte consenti au Royaume-Uni. "On voit difficilement comment une personne peut raisonnablement être dite consentante si elle affirme qu'elle dormait, et qu'en outre, le consentement n'aurait pas été donné sans préservatif", a-t-elle souligné. Assange est accusé par deux Suédoises d'avoir eu des relations contraintes avec l'une d'elles et non protégées avec l'autre.

Appel possible

Julian Assange peut faire appel de la décision devant la Cour suprême à des conditions précises. La Haute Cour ou la Cour suprême peuvent autoriser l'appel uniquement s'il porte sur un point juridique d'intérêt général, c'est-à-dire dépassant le cas juridique spécifique de M. Assange.

Des supporters d'Assange étaient massés mercredi matin devant le tribunal. L'Australien a été arrêté en décembre au Royaume-Uni sous l'effet d'un mandat d'arrêt européen. Le fondateur de WikiLeaks nie formellement les faits qui lui sont reprochés et dénonce une machination politique.

ATS