Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice belge a refusé vendredi d'interdire la commercialisation de la bande dessinée "Tintin au Congo". Elle estime non fondée l'action intentée par un ressortissant congolais qui jugeait l'oeuvre d'Hergé raciste, a indiqué l'avocat du plaignant.

"La demande a été jugée non fondée, le tribunal de première instance de Bruxelles ayant estimé que la loi belge contre le racisme ne peut s'appliquer que s'il y a une intention discriminatoire", a déclaré Me Ahmed L'Hedim, l'avocat de Bienvenu Mbutu Mondondo. Selon le tribunal, "vu le contexte de l'époque, Hergé ne pouvait pas être animé d'une telle volonté".

Bienvenu Mbutu Mondondo, un ressortissant de la République démocratique du Congo (RDC), réclamait depuis quatre ans l'interdiction de la vente de l'album, ou à défaut l'imposition d'un bandeau d'avertissement ou d'une préface expliquant le contexte de l'époque, comme c'est le cas pour l'édition anglaise.

Appel

Lors des audiences en 2011, M. Mbutu Mondodo, qui vit en Belgique, avait estimé que "Tintin au Congo" était une "BD raciste, qui fait l'apologie de la colonisation et de la supériorité de la race blanche sur la race noire". Ces deux demandes "ont été déboutées", a précisé un autre avocat de M. Mbutu Mondondo, Alain Amici, qui a précisé que son client "interjetterait appel de cette décision" dès lundi devant la cour d'appel.

Il était soutenu dans sa démarche qui l'opposait à l'éditeur Casterman et à Moulinsart, la société ayant les droits commerciaux de l'oeuvre d'Hergé autres que les droits d'édition, par le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN).

Me Alain Berenboom, représentant de Casterman et de Moulinsart, qui avait dénoncé à l'audience une atteinte à la liberté de la presse, a fait part vendredi de sa "grande satisfaction". "Tintin au Congo" reste aujourd'hui l'un des albums de la série les plus vendus.

ATS