Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Andrew Brunson à son arrivée à l'aéroport d'Izmir. Le pasteur passera par l'Allemagne avant de rentrer aux Etats-Unis.

KEYSTONE/EPA/TOLGA BOZOGLU

(sda-ats)

Un tribunal turc a remis vendredi en liberté le pasteur américain Andrew Brunson. Sa détention puis son assignation à résidence en Turquie ont suscité une grave crise entre Ankara et Washington.

Le tribunal à Aliaga dans la région d'Izmir (ouest), a condamné le pasteur à trois ans et un mois de prison mais l'a remis en liberté en tenant compte du temps qu'il a déjà passé en prison et de son comportement pendant son procès, selon une correspondante de l'AFP sur place.

Andrew Brunson s'était vu infliger cette peine de prison après avoir été reconnu coupable de "soutien à des "organisations terroristes", en l'occurrence le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatistes kurdes) et le réseau de Fethullah Gülen, le prédicateur accusé par Ankara d'avoir orchestré le putsch manqué de juillet 2016.

Le tribunal a en outre accédé aux demandes du parquet de lever l'assignation à résidence et l'interdiction de quitter le territoire turc imposées à Andrew Brunson.

"J'aime Jésus, j'aime la Turquie"

"Je suis un homme innocent. J'aime Jésus, j'aime la Turquie", a déclaré pendant l'audience le pasteur, portant un costume sombre sur une chemise blanche. Quelques heures plus tard, il s'est envolé pour l'Allemagne d'où il rejoindra ensuite les Etats-Unis.

Le pasteur a embarqué dans un avion militaire américain à l'aéroport Adna Menderes d'Izmir, avec pour première destination la base américaine de Ramstein, en Allemagne, a indiqué son avocat Cem Halavurt.

Installé en Turquie depuis une vingtaine d'années, il était à la tête d'une petite église protestante à Izmir. Il démentait en bloc les accusations d'activités "terroristes" qui pesaient sur lui.

La crise diplomatique alimentée par cette affaire entre ces deux pays alliés au sein de l'Otan a provoqué un effondrement en août de la livre, la monnaie turque, et mis en lumière les fragilités de l'économie turque.

Au cours des audiences précédentes, le tribunal avait à chaque fois refusé la libération du pasteur, mais ses proches et Washington semblaient nourrir un certain optimisme quant à l'issue de celle de vendredi.

Marché entre Ankara et Washington

La chaîne de télévision américaine NBC news, citant deux responsables du gouvernement américain, avait affirmé jeudi que le pasteur Brunson serait libéré aux termes d'un marché entre Ankara et Washington qui s'engagerait en contrepartie à "assouplir la pression économique sur Ankara".

Son cas a été brandi par des conservateurs chrétiens américains, une importante base électorale pour le président Donald Trump qui a qualifié Andrew Brunson de "merveilleux pasteur chrétien" et d'"otage patriote".

Après que le tribunal a refusé de libérer le pasteur au cours de la précédente audience, en juillet, Washington a haussé le ton et imposé une série de sanctions à la Turquie.

"Aucune preuve"

Le 10 août, notamment, Washington a doublé les droits de douane sur l'acier et l'aluminium de provenance turque, ce à quoi la Turquie a immédiatement répliqué en prenant une mesure similaire.

"Nous croyons depuis le tout début qu'il n'y a aucune suspicion criminelle forte. Il n'y a aucune preuve contre lui dans ce dossier", a déclaré à l'AFP avant l'audience l'avocat du pasteur.

Les deux parties ont récemment affiché une volonté d'apaisement, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo disant espérer une libération du pasteur et le président turc Recep Tayyip Erdogan faisant le voeu d'une amélioration des relations avec Washington.

Américains incarcérés

Outre le cas de Brunson, les Etats-Unis dénoncent aussi l'incarcération de plusieurs Américains en Turquie, dont Serkan Gölge, un scientifique de la Nasa, ainsi que de deux employés turcs de missions diplomatiques américaines.

Un autre dossier qui nourrit les tensions entre les deux pays est celui de la banque publique turque Halkbank, dans l'ex-directeur général adjoint Mehmet Hakan Atilla, a été condamné en mai par un tribunal américain à 32 mois de prison après avoir été reconnu coupable de contournement des sanctions américaines contre l'Iran.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS