Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les nouvelles autorités libyennes ont proclamé dimanche la "libération" du pays. Cette cérémonie ouvre désormais la voie à la formation d'un gouvernement de transition après 42 ans d'un règne sans partage de Mouammar Kadhafi, tué jeudi à Syrte.

"Déclaration de libération. Levez haut vos têtes. Vous êtes des Libyens libres", a lancé le vice-président du Conseil national de transition (CNT), Abdel Hafez Ghoga lors d'une cérémonie devant une foule en liesse à Benghazi. Une parade symbolique des soldats de l'armée nationale et des forces révolutionnaires a eu lieu.

La cérémonie a commencé par le nouvel hymne national. Puis des responsables des nouvelles autorités se sont succédé à la tribune pour dire leur joie et leur fierté de voir le pays libéré, ponctuant leurs discours de vibrants "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand).

Charia source du droit

La "charia" (loi coranique) sera la principale source du droit dans la Libye post-Kadhafi, a annoncé de son côté le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, lors de cette même cérémonie.

Tous ont rendu un hommage particulier aux combattants morts, dont des proches agitaient des photographies, ainsi qu'aux blessés et aux disparus. Ce conflit a fait, selon le CNT, plus de 30'000 morts en huit mois.

Saïf al Islam encerclé

Le CNT attendait la prise de Syrte, dernier bastion pro-Kadhafi tombé jeudi, pour proclamer la libération du pays. Selon la feuille de route des nouvelles autorités publiée en septembre, cette proclamation doit être suivie au plus tard dans un mois par la mise en place d'un gouvernement de transition.

Les combattants du CNT libyen encerclent actuellement une zone où l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al Islam, aurait trouvé refuge, a rapporté un commandant du Conseil national de transition. L'ancien dauphin présumé de Mouammar Kadhafiau se cacherait au sud de la ville de Bani Walid, tombée ce mois-ci aux mains des anti-Kadhafi après un siège de plusieurs semaines.

ATS