Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Ligue arabe a demandé aux Nations unies d'envoyer une mission de paix de l'ONU et des pays arabes en Syrie. Ses membres ont aussi annoncé la fin de leur mission d'observation et de toute coopération diplomatique avec Damas. Sur le terrain, les tirs ont repris à Homs.

Après quelques heures de répit, des roquettes se sont abattues sur un des quartiers de la ville rebelle. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 39 personnes, en majorité des civils, ont été tuées dans le pays dimanche.

En réunion au Caire, la Ligue arabe a décidé de "demander au Conseil de sécurité d'adopter une résolution pour la formation d'une force de maintien de la paix arabo-onusienne conjointe pour superviser l'application du cessez-le-feu".

Aide à l'opposition

L'organisation panarabe précise également qu'elle va prendre contact avec l'opposition syrienne et lui proposer une aide politique et matérielle. La violence contre les civils en Syrie viole le droit international et les coupables des exactions devront être punis, a-t-elle expliqué.

Pays arabes et occidentaux devraient en outre lancer cette semaine à l'ONU une nouvelle tentative pour faire condamner le régime syrien, selon des diplomates. Le projet de résolution sera soumis cette fois à l'Assemblée générale.

Damas accuse

Avant même le début des réunions de la Ligue arabe, Damas a accusé les pays arabes d'être à la solde des puissances occidentales. Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères a affirmé que certains pays voisins offraient un refuge aux groupes terroristes armés et les finançaient.

Le gouvernement syrien a néanmoins donné de nouveaux signes de ses efforts de réforme. La commission chargée d'élaborer la nouvelle loi fondamentale de la Syrie a présenté au président Bachar al-Assad le projet de constitution, qui sera soumis à un référendum, selon l'agence officielle Sana.

ATS