Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Allumer ses phares de jour, accepter le verdict de l'éthylomètre pour un verre en trop ou se voir confisquer sa voiture pour une infraction très grave: ces nouvelles dispositions sont désormais acquises dans la loi. Le National a en effet mis sous toit Via sicura.

Le National a éliminé mardi la dernière divergence qui subsistait avec la Chambre des cantons concernant la désignation d'un conseiller responsable de la sécurité pour les cantons mais non pour les communes. Avec ce dernier point résolu, la loi est désormais complète.

Au vote sur l'ensemble, la loi a été acceptée par 120 voix contre 52, notamment issues des rangs de l'UDC. Avec ce train de mesures, la Confédération espère réduire d'environ un quart le nombre de morts et de blessés sur les routes de Suisse.

Chauffards sanctionnés

Répondant à un souci récurrent des parlementaires, la future loi prévoit un durcissement des sanctions à l'encontre des fous du bitume. Les personnes qui commettent des infractions très graves pourront écoper d'une peine privative de liberté de un à quatre ans, soit une année de plus qu'actuellement.

La nouvelle loi obligera par ailleurs les automobilistes à allumer leurs phares de jour, une nouveauté qui n'a pas été contestée sous la Coupole. Les personnes qui avertissent publiquement les usagers de la route des contrôles du trafic seront sanctionnées d'une peine maximale de 180 jours-amende.

Alcootests reconnus

A l'avenir, les éthylomètres remplaceront dans plusieurs cas les prises de sang pour mesurer l'alcoolémie des conducteurs et seront reconnus comme moyens de preuve. Cet appareil est jugé fiable par les Chambres et son usage permettra à la police d'effectuer davantage de contrôles.

En revanche, le port du casque obligatoire pour les cyclistes de moins de 14 ans a donné lieu à de longs débats, pour se terminer par le maintien du droit en vigueur qui n'impose rien du tout. Les parlementaires se sont ralliés au principe de la responsabilité individuelle.

ATS