Navigation

La Lonza ne sera pas seule à payer pour la pollution au mercure

La facture de l'assainissement des parcelles contaminées par du mercure dans la région de Viège sera payée à 93% par la Lonza. Sur les 51 millions de francs estimés, Lonza paiera 47,5 millions, le reste est pris en charge par le canton du Valais et les communes touchées (archives). KEYSTONE/CYRIL ZINGARO sda-ats
Ce contenu a été publié le 11 décembre 2017 - 16:14
(Keystone-ATS)

La Lonza ne sera pas seule à passer à la caisse pour l'assainissement des sols contaminés au mercure dans la région de Viège (VS). Un accord de répartition des coûts a été trouvé avec le canton et les communes concernées.

Le coût total de l'assainissement des sols pollués est estimé à 51 millions de francs, 40 millions de francs pour la zone habitée et 11 millions pour la zone agricole, indique lundi un communiqué commun de la Lonza, de l'Etat du Valais et des quatre communes touchées. L'entreprise chimique prend à sa charge 47,5 millions de francs, montant soit déjà payé, soit couvert par des provisions.

L'Etat du Valais participera pour un montant maximum de deux millions de francs. Les communes se partagent le solde, au maximum 1,5 million de francs, précise le communiqué. Les propriétaires de parcelles à assainir ne paieront rien. Selon les signataires, l'accord évite "une longue et coûteuse procédure juridique de clarification des responsabilités".

L'assainissement a débuté

Une centaine de parcelles en zone d'habitation ont été contaminées à des degrés divers par les déversements de mercure de la Lonza entre les années 1930 et 1970. Les travaux d'assainissement ont débuté à fin novembre. La Lonza préfinance ces travaux, "à titre non préjudiciel", a toujours indiqué l'entreprise, estimant ne pas être seule responsable de la contamination.

Depuis les années 1930 jusqu'au milieu des années 1970, la Lonza a rejeté ses eaux industrielles chargées en mercure dans un canal qui coule le long des communes touchées. Le rejet de ces eaux était conforme aux dispositions de l'époque. Mais le polluant s'est accumulé dans les boues et les sédiments du canal.

La terre du canal et de ses abords a été déplacée et déposée dans les terrains alentour au gré de travaux d'entretien du canal. Cette dispersion n'est pas le fait de la Lonza et a posé la question de la responsabilité de l'entreprise et de sa contribution aux travaux d'assainissement.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article