Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ambassadeur de Corée du Nord, Kang Chol, a 48 heures pour quitter la Malaisie (archives).

KEYSTONE/AP/VINCENT THIAN

(sda-ats)

La Malaisie a déclaré persona non grata l'ambassadeur de Corée du Nord samedi. Il s'agit d'une nouvelle étape dans la détérioration des relations entre les deux pays en raison de l'assassinat du demi-frère du dirigeant nord-coréen le mois dernier à Kuala Lumpur.

La Malaisie a déclaré persona non grata l'ambassadeur de Corée du Nord samedi, nouvelle étape dans la détérioration des relations entre les deux pays en raison de l'assassinat du demi-frère du dirigeant nord-coréen le mois dernier à Kuala Lumpur.

Le diplomate, Kang Chol, a 48 heures pour quitter le pays.

L'ambasadeur avait émis des doutes sur l'impartialité de la Malaisie dans l'enquête sur la mort de Kim Jong-nam, survenue le 13 février à l'aéroport international de Kuala Lumpur où il a été victime d'une attaque au VX, un puissant agent neurotoxique.

Le diplomate avait accusé le pays de "collusion avec des forces étrangères", allusion à la Corée du Sud, avec laquelle Pyongyang est toujours techniquement en guerre.

Suspect victime de complot

Les relations entre la Malaisie et la Corée du Nord, amicales depuis des décennies, se sont brutalement détériorées dans le contexte de cette affaire.

Par ailleurs, un des suspects nord-coréens dans l'assassinat de Kim Jong-nam s'est dit victime d'un complot des autorités malaisiennes visant à porter atteinte à l'honneur de la Corée du Nord. Ri Jong-chol a accusé la Malaisie d'avoir utilisé la contrainte pour obtenir des aveux de sa part.

Il s'est adressé à la presse samedi devant l'ambassade de Corée du Nord à Pékin, où il a fait étape après son expulsion de Malaisie, vendredi, et avant de rejoindre Pyongyang.

Ri Jong-chol a assuré qu'il n'était pas à l'aéroport le jour du meurtre et a dit tout ignorer des accusations signalant l'usage de sa voiture dans l'affaire. "Je ne suis pas allé (à l'aéroport), et je n'avais aucune raison d'y aller. Je faisais juste mon travail", a-t-il déclaré, se présentant comme un négociant en ingrédients utilisés dans la fabrication de savon.

"J'ai réalisé que c'était un complot, une machination, pour essayer de porter atteinte au statut et à l'honneur de la république", a-t-il poursuivi, dénonçant des preuves falsifiées et disant avoir reçu des menaces sur sa famille de la part des autorités malaisiennes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS