Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le constructeur automobile allemand Volkswagen, empêtré dans le scandale des moteurs diesel truqués qui pourrait lui coûter des dizaines de milliards, va réduire d'un milliard d'euros (1,1 milliard de francs) par an les investissements de la marque Volkswagen.

Le nouveau chef de la marque VW, Herbert Diess, a annoncé dans un communiqué que le programme d'économie en cours serait appliqué plus rapidement que prévu et que les investissements seraient réduits d'un milliard d'euros par an.

"Nous allons être plus efficaces, réorganiser notre gamme de produits et nos technologies phares; et l'accélération de notre plan de réduction des coûts va nous donner une plus grande marge de manoeuvre pour nous concentrer sur les techniques d'avenir", a indiqué Herbert Diess dans le communiqué.

Le groupe Volkswagen avait indiqué dès la semaine dernière que les investissements seraient passés au crible et un certain nombre gelés ou retardés.

Epuration des gaz

A l'issue d'une réunion de crise, le nouveau comité directeur de la marque Volkswagen a annoncé d'autres décisions stratégiques concernant ses produits. Les véhicules diesel destinés aux marchés européen et nord-américain seront équipés "le plus rapidement possible" de dispositifs permettant la plus grande épuration des gaz d'échappement.

Le constructeur souhaite par ailleurs miser sur le développement de ses véhicules hybrides et standardiser sa production de voitures et d'utilitaires électriques.

La prochaine génération de la Phaeton, dont l'avenir était incertain depuis le début du scandale, sera entièrement électrique et deviendra "la figure de proue de la marque pour la prochaine décennie".

Economies auprès des fournisseurs

Aux côtés de VW, qui lui assure ses plus grosses ventes, le groupe Volkswagen chapeaute onze autres marques de voitures (Audi, Skoda, Seat...), camions (MAN) et motos (Ducati).

Après l'aveu il y a trois semaines que 11 millions de véhicules dans le monde, dont près de 130'000 en Suisse, étaient équipés d'un moteur diesel truqué, capable de fausser les résultats des tests antipollution, Volkswagen, qui va faire face à des milliards d'euros de coûts de rappels et de litiges juridiques, va devoir se serrer la ceinture.

Selon le quotidien Handelsblatt mardi, qui cite des sources proches de l'entreprise non identifiées, le groupe prévoit d'économiser 3 milliards d'euros par an sur le dos de ses fournisseurs, au premier chef les équipementiers.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS