Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La menace terroriste est à nouveau plus concrète pour tout l'Occident, estime le commandant de corps André Blattmann. La Suisse est également concernée, "bien que nous essayions de ne pas nous immiscer".

Des signaux inquiétants viennent notamment de la zone du Sahel, a indiqué André Blattmann dans une interview au journal "Sonntag". Apparemment, des organisations terroristes du Pakistan et d'Afghanistan se déplacent en direction de l'Afrique du Nord. "Ils se sont considérablement rapprochés de nous", relève l'officier.

On peut craindre que dans le flux migratoires vers l'Europe arrivent des personnes issues des milieux terroristes. Mais il n'a pas pu dire "explicitement" si cette menace concernait aussi les migrants en provenance de la Tunisie. Il redoute plutôt ce scénario dans des banlieues peuplées de milliers de personnes venues du Mali.

D'autres menaces

Hormis les flux migratoires, il y a d'autres éléments à ne pas sous-estimer, relève-t-il. En Libye par exemple, beaucoup d'armes manquent et pourraient atterrir chez nous. Le développement en Extrême-Orient est aussi délicat. Les budgets militaires ont massivement augmenté. En Syrie enfin, des stocks considérables d'armes chimiques existent.

Au chapitre du Gripen, le commandant de corps veut se montrer plus offensif en terme d'information au public. A l'avenir, les médias seront invités une fois par semestre à constater les progrès dans le développement du Gripen E. Il est encore ouvert "si les avions viendront en Suisse ou si nous irons en Suède".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS