Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La femme est une militante du port d'arme (cliché symbolique/archives Keystone).

KEYSTONE/AP/LYNNE SLADKY

(sda-ats)

Une militante américaine du port d'arme, blessée par balles par son fils de 4 ans en mars, va donner des discours sur la sécurité des armes après une négociation avec la justice, a annoncé vendredi le procureur. Elle évite ainsi des poursuites pour négligence.

L'accord précise que l'habitante de Floride devra s'exprimer à dix reprises sur l'incident qui s'est produit le 8 mars et sur la nécessité de conserver les armes à feu en toute sécurité. Elle a 90 jours pour respecter les clauses de cet accord.

Outre des discours, elle devra suivre une formation sur la sécurité des armes à feu, installer un étui pour pistolet inamovible dans son véhicule et prouver qu'elle dispose d'un rangement sécurisé pour son arme à son domicile, a indiqué la source dans un communiqué.

"Tous chez nous savent tirer"

La femme de 31 ans était au volant quand son fils a tiré du siège arrière du véhicule après avoir trouvé l'arme de calibre .45 sur le sol du véhicule. La balle a traversé le siège puis le corps de la femme, entrant par son dos et sortant par sa poitrine.

La trentenaire avait auparavant vanté sur Internet les prouesses de son fils au tir, postant sur Facebook que "tous chez nous savent tirer". "Même mon garçon de quatre ans peut tirer maintenant avec un fusil de petit calibre", avait-elle écrit.

Elle y posait aussi avec diverses armes et munitions et y défendait vigoureusement le deuxième amendement de la constitution américaine, qui autorise le port d'armes, ainsi que le puissant lobby des armes à feu, la NRA (National Rifle Association).

Les fusillades font plus de 30'000 Américains chaque année aux Etats-Unis.

ATS