Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Soixante-six personnes qui tentaient de bloquer l'une des principales artères de la ville ont été interpellées, selon les forces de l'ordre (archives).

KEYSTONE/EPA/VAHRAM BAGHDASARYAN

(sda-ats)

Des milliers de personnes ont continué à se mobiliser mercredi à Erevan contre l'ex-président Serge Sarkissian, élu la veille par les députés à un poste de Premier ministre aux pouvoirs renforcés. L'opposition dénonce une volonté de rester au pouvoir à vie.

De nombreux protestataires ont encerclé tôt mercredi matin la résidence de Serge Sarkissian, dans le centre de la capitale arménienne. Soixante-six personnes qui tentaient de bloquer l'une des principales artères de la ville ont été interpellées, selon les forces de l'ordre.

Dans un communiqué, le ministère arménien de l'Intérieur a appelé "les organisateurs des manifestations à arrêter ces actions illégales". Il a averti qu'ils auraient à "assumer leurs responsabilités" en cas d'intervention policière.

Les manifestations ont débuté vendredi à Erevan et se sont depuis étendues aux deux autres plus grandes villes d'Arménie, Gioumri et Vanadzor. Lundi, la police avait du faire usage de grenade assourdissantes à Erevan pour disperser les protestataires qui tentaient de forcer l'accès au Parlement. Les affrontements avaient fait 46 blessés.

Félicitations de Poutine

Au moment où ce petit pays du Caucase est secoué par les plus importantes manifestations de ces dernières années, le Parlement a investi mardi l'ancien président, au pouvoir depuis 2008. Grâce à une réforme constitutionnelle controversée, ce dernier a contourné l'interdiction de se représenter à un troisième mandat en se faisant nommer Premier ministre.

L'opposition a dénoncé mardi le vote parlementaire permettant à Serge Sarkissian de retrouver le pouvoir, l'accusant de manquer de soutien populaire. Mais les partisans du nouveau Premier ministre assurent avoir remporté les élections législatives loyalement et, ayant la majorité au Parlement, avoir le droit de nommer qui ils désirent.

De son côté, le président Vladimir Poutine a félicité Serge Sarkissian pour sa nomination. "Nous regardons les évènements en cours en Arménie et nous espérons que tout reste dans le cadre de la loi", a déclaré aux journalistes le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov. Considéré comme prorusse, Serge Sarkissian a notamment fait adhérer son pays à l'Union eurasiatique, une union économique et douanière chapeautée par Moscou.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS