Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

CEO du fabricant de machines-outils Tornos, Michael Hauser se montre optimiste quant au futur de l'entreprise prévôtoise. Directeur général depuis 2011, Michael Hauser relève que l'internationalisation constitue l'un des axes les plus importants de la stratégie de Tornos (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le fabricant de machines-outils Tornos a accéléré au cours des dernières années son internationalisation. Aujourd'hui, 50% de sa production se trouve hors de Suisse alors qu'en 2011, l'entreprise prévôtoise n'avait aucune usine à l'étranger.

"La moitié de notre personnel est maintenant basé à l'étranger et nous avons même trois employés de nationalité chinoise à Moutier", explique Michael Hauser, le directeur général de Tornos, dans un entretien publié lundi par L'Agefi. Tornos achète aussi de plus en plus de composants hors des frontières, a ajouté le CEO.

Les fonctions à haute valeur ajoutée se trouvent en Suisse alors que le reste est localisé en Chine et à Taïwan. Pour Michael Hauser, cette répartition devrait rester la même dans dix ans pour autant que les taux de change n'évoluent pas défavorablement. A condition aussi que l'entreprise parvienne à recruter en Suisse de la main-d'oeuvre qualifiée.

En Chine, les salaires et les coûts de logistique sont nettement plus bas qu'en Suisse. Mais pour le CEO de Tornos, les Chinois semblent surtout forts pour appliquer, adapter et copier plutôt que pour innover. "En outre, la jeune génération des Chinois est apparemment moins tournée vers le travail que la génération antérieure", estime M. Hauser CEO de Tornos depuis 2011.

Pas une délocalisation

Le groupe se défend d'avoir délocalisé sa production en Chine et à Taïwan. "Nous assemblons sur ces sites des produits d'entrée de gamme qui ne pourraient pas être produits en Suisse", déclare le CEO à L'Agefi. Le fabricant de machines-outils emploie plus de 600 collaborateurs dont la moitié environ en Suisse.

Le domaine de l'automobile reste le marché principal de Tornos. Mais ce secteur est en pleine mutation avec la progression des voitures électriques. "Pour Tornos, cela entraînera un gain de volume pour certains composants et une perte pour d'autres", estime le patron qui se montre optimiste quant au futur du groupe.

Sur le plan politique, le rattachement de Moutier (BE) au canton du Jura ne l'inquiète pas. "Nos contacts avec le monde politique bernois sont excellents et le soutien que nous recevons de la promotion économique bernoise est exemplaire. Nous espérons et pensons que tout cela sera aussi bien une fois que nous serons intégrés dans le canton du Jura", estime Michael Hauser.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS