Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Près d'une abeille sur deux a péri l'hiver dernier, une hécatombe d'une ampleur encore jamais vue, selon les spécialistes. Les autorités réagissent en testant dans l'urgence un moyen de lutte grandeur nature dans le Seeland bernois et le Conseil fédéral va bientôt prendre des mesures.

L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) se base sur une enquête représentative qui englobe plus de mille ruchers dans toute la Suisse et au Liechtenstein. "L'analyse des résultats montre une image bouleversante", écrit l'OFAG mardi. Tous les cantons sont touchés dans une proportion plus ou moins forte.

Jamais autant

Près de 100'000 colonies ont été perdues, ont les responsables de l'OFAG, du Centre de recherches apicoles de la station de recherche Agroscope ainsi que de la faîtière alémanique des amis des abeilles.

Président de cette dernière, Robert Sieber relève que jamais encore les apicuteurs suisses n'ont été confrontés à de telles pertes. Son association est l'auteur de l'enquête réalisée pour la cinquième année consécutive sur mandat des autorités.

25 millions de pertes

Financièrement, cette hécatombe représente une perte de quelque 25 millions de francs que les apiculteurs doivent supporter eux-mêmes, indiquent les autorités. Les conséquences écologiques ne sont pas encore connues, l'impact sur la pollinisation des plantes utiles et sauvages ne pouvant être déjà estimé, précise l'OFAG.

Quant aux conséquences sur l'offre de miel, elles sont mineures pour l'heure. La production a été importante en 2011, grâce à la météo estivale. Des stocks ont donc pu être réalisés, ont précisé les responsables à l'ats.

Tests dans l'urgence

Comme ailleurs dans le monde, le parasite varroa est la principale cause de la mort des abeilles. Vu la situation dramatique, la station fédérale Agroscope va tester l'efficacité d'un traitement coordonné sur le taux d'infestation et sur l'hivernage des colonies d'abeilles dans un essai en champs de grande envergure.

Les chercheurs ne peuvent en revanche incriminer les pesticides. A l'heure actuelle, les études scientifiques à disposition ne démontrent aucun lien entre les pertes hivernales et les pesticides agricoles.

En Suisse, la perte hivernale de colonies est de l'ordre de 20% à 30%, selon le Département fédéral de l'économie. La Confédération subventionne actuellement 35 projets afin de soutenir les abeilles et l'apiculture.

ATS