Près de la moitié (46%) des matchs de football de Super League en Suisse sont accompagnés de violences, selon une évaluation présentée vendredi. Pour la première fois, tous les matchs de la saison 2018/2019 ont été saisis.

"46%, c'est trop", a lancé devant la presse à Berne Paul Winiker, conseiller d'Etat lucernois et membre de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP). Il s'agira de vérifier si les mesures prévues par le concordat intercantonal contre le hooliganisme doivent être adaptées. Un rapport est prévu pour le premier trimestre 2020.

En attendant, ces mesures doivent être plus fermement appliquées et de manière plus homogène. La Swiss Football League (SFL), les clubs, les polices cantonales et les responsables politiques se sont fixé des priorités pour endiguer les violences, a expliqué le secrétaire général de la CCDJP Roger Schneeberger.

Les interdictions de stade seront prononcées dans les meilleurs délais et de façon conséquente. De même, l'obligation de se présenter à la police sera appliquée plus strictement.

Les processus d'identification et de sanction des auteurs d'infractions violentes seront intensifiés et harmonisés, suivant la chaîne procédurale club - police - ministère public - tribunal.

"Alarme HOOLI"

Une conférence des chefs de police de sûreté sera créée. Les engagements policiers lors de matchs pourront ainsi mieux être coordonnés. Lors d'événements graves, l'"alarme HOOLI" pourra être déclenchée. L'introduction de billets personnalisés est aussi à l'étude, mais "en dernier recours", selon le président de la SFL Heinrich Schifferle.

Dans les stades, le principal problème sont les engins pyrotechniques: durant la saison 2018/2019, 44,6% des infractions concernaient leur mise à feu. Mais la majorité des violences et dégâts matériels se passent en marge des matchs, lors du trajet, dans les gares et pendant les marches de fans vers les stades, a rappelé Paul Winiker.

A l'avenir, les trains spéciaux des fans ne pourront plus être ouverts, comme c'est parfois le cas actuellement. Ce matériel roulant fermé ne permettra plus de lancer des objets à l'extérieur.

Le "good hosting" s'avère payant

Une évaluation a aussi été faite, par l'Université de Berne, du concept de "good hosting" (bon accueil). Ce projet-pilote, élaboré par la SFL et lancé en 2015 dans le canton de Lucerne, a pour but de désamorcer la situation aux entrées de stade. Il fonctionne bien, a expliqué Alain Brechbühl, de l'Institut de sciences des sports de l'université.

Si les fans se sentent bien traités et bien accueillis, notamment par des "stewards" et pas des policiers casqués et en armure, ils sont plus enclins à bien se comporter et moins portés à la violence, note l'évaluation.

De même, le fait de procéder à des contrôles sporadiques à l'entrée des stades au lieu de contrôles systématiques - une mesure qui a rencontré un fort scepticisme au début - a fait baisser le nombre d'engins pyrotechniques introduits dans les arènes. Le "good hosting" a clairement contribué à une amélioration de la situation, ce qui correspond aux résultats obtenus dans d'autres pays, constate Claudius Schäfer, CEO de la SFL.

1579 personnes enregistrées

A la fin juin, la base de données sur les hooligans (Hoogan) comptait 1579 personnes. Ces chiffres sont stables à un haut niveau, selon la CCDJP. Les hooligans restent dans la base de données jusqu'à trois ans après la dernière mesure.

Parmi les mesures prises figurent 573 interdictions de stade, 371 interdictions de périmètre et vingt obligations de se présenter à la police. Les cas de violation de la tranquillité (352 cas), de la loi sur les explosifs (289 cas), d'interdiction de déguisement (225 cas), de violences et de menaces à l'encontre des fonctionnaires (135 cas) ont été le plus souvent poursuivis.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.