Toute l'actu en bref

Il sera bientôt possible de faire des paiements en Léman avec son ordinateur ou son téléphone portable (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

La monnaie complémentaire Léman, utilisée par quelque 400 entreprises locales de la région lémanique, sera bientôt disponible sous forme électronique. Cette avancée ouvre la voie à la mise en service rapide d'un crédit mutualisé du Léman.

Le système, baptisé du nom de Lémanex, permettra de s'affranchir partiellement des banques pour des crédits de fonctionnement, lorsqu'une entreprise rencontre un problème passager de trésorerie, a relevé mardi devant la presse Jean Rossiaud, le président de l'association Monnaie Léman. Les crédits se feront à taux zéro.

Le Lémanex a l'avantage de mutualiser le risque entre tous les utilisateurs du Léman. L'entreprise qui a besoin d'argent pour acheter des biens ou des services en Léman à un des partenaires du réseau monétaire verra son compte en Léman débité. Le compte du vendeur sera de son côté crédité de la même somme.

Il n'y aura plus d'échange physique de billets, tout se fera de façon électronique. En cas de faillite de l'emprunteur, les pertes seront épongées par la communauté. Le Lémanex va concerner au commencement une trentaine d'entreprises. L'objectif est de pouvoir faire croître rapidement ce groupe de départ.

Des banques frileuses

Les atouts du Lémanex devraient séduire. Aujourd'hui, il est très difficile pour des petites et moyennes entreprises (PME) ou des petits commerces de trouver du crédit. Les banques ne sont généralement pas intéressées à financer des sociétés très locales, relativement peu rentables, sans perspectives mirifiques.

Des taux élevés sont généralement réclamés. Les pénalités sont aussi importantes si l'emprunteur demande à pouvoir rembourser à terme. Ces frais supplémentaires grèvent les budgets des PME, qui du coup n'arrivent plus à concurrencer les grands groupes, et doivent, au final, fermer boutique, a expliqué M. Rossiaud.

Le Léman a été créé pour renforcer une économie locale mise à mal par la mondialisation des marchés et de la finance. La monnaie complémentaire s'adresse à des entreprises responsables, dont les activités collent à la notion de développement durable. Le Léman est indexé au franc suisse, a précisé M. Rossiaud.

D'autres monnaies en Suisse

En Suisse des monnaies semblables existent. A Bâle, on peut dans certains endroits payer en Netzbon. Le Valais pourrait bientôt connaître le Farinet. Au Tessin, le ticinocoin (tic) va faire son apparition. Cette monnaie alternative ne sera toutefois disponible que sous forme virtuelle.

A une autre échelle, le système WIR a été introduit dans les années trente. Aujourd'hui, il compte des milliers d'entreprises membres, surtout en Suisse alémanique.

En France et en Angleterre, les monnaies locales fleurissent aussi. L'objectif est toujours le même. Il s'agit de favoriser le développement d'une économie locale variée et responsable. Les monnaies parallèles permettent aussi de mettre en réseau des acteurs économiques qui partagent une même vision du monde.

ATS

 Toute l'actu en bref