Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La montée en puissance du seul réacteur nucléaire remis en service au Japon, Sendai 1, est retardée par un problème technique. Elle n'interviendra pas mardi comme prévu, a annoncé la compagnie gérante Kyushu Electric Power.

Dans un communiqué, la compagnie du sud-ouest de l'archipel précise avoir décelé des anomalies sur des tubes d'un des trois condenseurs du système de refroidissement secondaire. Ce dispositif transforme la vapeur générée par la chaleur du réacteur en eau en en abaissant la température via la circulation d'eau de mer.

Ces cinq tubes (sur 26'000) pourraient être percés. Ils seraient à l'origine d'une infiltration d'eau de mer dans le condenseur en question.

Kyushu Electric avait découvert vendredi la présence d'eau de mer dans le système et décidé alors de suspendre la montée en puissance qui devait atteindre 100% ce mardi. Elle avait alors évalué à une semaine le délai nécessaire pour élucider la cause de ce problème et y remédier, vraisemblablement en obstruant les tubes abîmés. Des cas similaires se sont déjà selon elle produits dans le passé.

Electricité par utilisée

Le réacteur continue de fonctionner à 75% de sa puissance, mais l'électricité produite n'est pas utilisée. L'exploitation commerciale du courant créé par Sendai 1 ne devait en tout état de cause pas débuter avant septembre, après une montée en puissance graduelle et une vérification simultanée du bon fonctionnement de cette installation.

Kyushu Electric Power avait redémarré le 11 août l'unité numéro un de sa centrale de Sendai, située sur l'île méridionale de Kyushu.

Tous les réacteurs nucléaires du Japon avaient été progressivement éteints pour maintenance de routine après l'accident de Fukushima en mars 2011. Après l'arrêt des deux derniers en septembre 2013, aucun n'avait pu redémarrer jusqu'à ce mois d'août en raison de l'entrée en vigueur de nouvelles normes plus sévères à l'égard des risques de catastrophe naturelle, d'accident d'avion ou d'attentat terroriste.

Sendai 1 est la première (et actuellement la seule) tranche à avoir rempli toutes les conditions techniques et politiques pour refonctionner.

ATS