Navigation

La Nasa lance son premier satellite pour mesurer le taux de CO2

Ce contenu a été publié le 02 juillet 2014 - 15:33
(Keystone-ATS)

Après un report de 24 heures, la Nasa a lancé avec succès mercredi son premier satellite pour mesurer les niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Le CO2 est le principal gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique.

OCO-2 évoluera sur une orbite presque polaire à 705 kilomètres d'altitude, pour une mission d'au moins deux ans. Il permettra de fournir une image plus complète et globale des émissions humaines et naturelles de CO2, ainsi que des puits de carbone comme les océans et les forêts qui absorbent et capturent ce gaz, dont le niveau dans l'atmosphère est le plus élevé depuis au moins 800'000 ans.

Mieux comprendre la planète

"Le dioxyde de carbone dans l'atmosphère joue un rôle essentiel dans l'équilibre énergétique de notre planète et est un facteur-clé pour comprendre comment notre climat change", avait expliqué Michael Freilich, directeur de la division Sciences de la Terre de l'agence spatiale américaine, lors d'une conférence de presse début juin.

"Avec la mission OCO-2, la Nasa va apporter une contribution importante aux nouvelles observations du globe pour relever le défi scientifique d'une meilleure compréhension de notre planète et de son devenir", avait-il ajouté.

Toutes les 99 minutes

OCO-2 deviendra le principal observatoire d'une flotte de cinq autres satellites internationaux, qui tournera autour de la Terre toutes les 99 minutes pour effectuer un ensemble d'observations quasi-simultanées.

Le satellite effectuera des mesures d'échantillons des sources d'émission de CO2 et des puits de carbone sur l'ensemble du globe, pour permettre aux scientifiques de mieux étudier les changements du climat.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.