Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Norvège s'est recueillie dimanche en mémoire des 77 personnes tuées il y a exactement un an par Anders Behring Breivik. Le pays a dans le même temps réaffirmé son attachement aux valeurs libérales rejetées par l'extrémiste de droite.

"Célébrons les morts en savourant la vie", a martelé le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg lors des cérémonies en honneur des victimes mortes le 22 juillet 2011 dans l'attentat à la bombe visant le siège du gouvernement à Oslo et dans la fusillade qui a suivi sur l'île d'Utoeya.

Temps fort de la journée, un millier de Jeunes travaillistes se sont rassemblés sur cette petite île verdoyante pour rendre hommage aux 69 personnes qui ont péri quand Behring Breivik a ouvert le feu sur le camp d'été que le mouvement a coutume d'organiser sur place.

"Même si nous portons un lourd fardeau, nous sommes toujours debouts", a déclaré le chef de la Jeunesse travailliste, Eskil Pedersen, à ses condisciples, dont certains survivants du carnage. Le responsable avait lui-même réussi à fuir Utoeya au début du massacre.

Ne "pas arrêter de rêver"

Sur l'île, même si certains des participants de la cérémonie ont dû partir prématurément sous le coup de l'émotion, l'ambiance était bon enfant, empreinte de larmes mais aussi de rires et d'accolades, a constaté un photographe de l'AFP. Les survivants de la fusillade ont laissé s'envoler un grand ballon en forme de coeur, auquel étaient attachés des messages adressés aux victimes.

Assis sur la pelouse où ils ont été rejoints par M. Stoltenberg, les jeunes gens ont écouté des chansons interprétées par une des leurs, Renate Taarnes, qui a vu son petit ami abattu par le tueur.

"Même après un an, c'est à peine possible de mesurer la souffrance et la peur qui ont saisi Utoeya le 22 juillet dernier", a expliqué le Premier ministre.

"Ce qui s'est produit depuis est d'autant plus impressionnant (...) La jeunesse à travers le pays s'est serré les coudes. Elle n'a pas accepté que l'engagement politique se solde par la mort et a répondu présent pour la démocratie", a-t-il ajouté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS