Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Edward Snowden répondant par vidéo-conférence à une interview depuis Moscou (archives)

KEYSTONE/AP Reuters Pool/CHARLES PLATIAU

(sda-ats)

La justice norvégienne a refusé lundi toute garantie à l'ex-consultant de l'Agence de sécurité américaine (NSA), Edward Snowden, de ne pas être extradé s'il venait chercher en Norvège une récompense. Snowden est réfugié en Russie depuis 2013.

M. Snowden, inculpé d'espionnage dans son pays après avoir révélé l'ampleur des programmes de surveillance de la NSA, avait intenté une procédure civile contre le ministère de la Justice pour tenter de faire invalider par avance toute procédure d'extradition future. Le tribunal d'Oslo a indiqué lundi avoir rejeté cette demande.

Il s'est dit d'accord avec l'analyse du ministère, selon lequel une procédure d'extradition ne peut être remise en cause devant une juridiction avant d'être mise en route, en l'occurrence avant que M. Snowden ne foule le sol norvégien et que les Etats-Unis ne la réclament.

Edward Snowden a remporté en mars le prix Ossietzky de la liberté d'expression, un prix attribué par la branche norvégienne du PEN Club. Cette récompense doit lui être remise le 18 novembre.

La Norvège est l'un des pays auxquels il avait demandé de lui accorder l'asile, et l'un de ceux qui ont fait la sourde oreille, s'en tenant à l'obligation pour le demandeur de se rendre dans le pays où il fait sa demande. En septembre 2015 déjà, Edward Snowden n'avait pu aller chercher une récompense norvégienne pour la liberté d'expression, le prix Bjørnstjerne Bjørnson, qu'il avait dû accepter par vidéoconférence.

A noter que sa candidature a été proposée pour la troisième année consécutive pour le prix Nobel de la paix de cette année, également décerné en Norvège, et qui sera attribué le 7 octobre prochain.

ATS