Le président américain Donald Trump a déclaré l'état d'urgence à l'approche de la tempête tropicale Barry vers la côte de Louisiane. La Nouvelle-Orléans se prépare à des pluies diluviennes.

La tempête devrait se transformer en ouragan vendredi soir ou samedi tôt, juste avant que son centre n'atteigne les côtes, selon le Centre national des ouragans (NHC). Elle a déjà causé d'importantes inondations à La Nouvelle-Orléans, ville très exposée et hantée par le souvenir du puissant ouragan Katrina en 2005.

Donald Trump a émis jeudi soir une déclaration d'état de catastrophe naturelle nationale, qui permettra aux agences fédérales de participer aux secours, en réponse à une requête du gouverneur de l'Etat, John Bel Edwards.

"Merci au président Trump d'avoir rapidement répondu à ma demande... Nous apprécions le soutien de la Maison Blanche et de nos partenaires fédéraux pour continuer notre combat contre les inondations", a tweeté le gouverneur.

Ordre d'évacuation

M. Edwards avait auparavant déclaré à son niveau l'état d'urgence et des ordres d'évacuation ont été émis dans certaines zones de cet Etat du Sud.

La Nouvelle-Orléans porte encore les stigmates du puissant ouragan Katrina de catégorie 5 fin août 2005. Les digues avaient cédé sous le poids de l'eau, inondant 80% de la cité et causant un millier de morts, sur un total de plus de 1800 durant la catastrophe.

Les digues protégeant la ville sont prévues pour une crue de 6,10 mètres. Les météorologues s'attendaient à ce que ce niveau soit atteint samedi matin mais ils ont revu leurs anticipations à la baisse, le fleuve devrait culminer à 5,79 mètres.

De premiers ordres d'évacuation obligatoire ont été lancés jeudi en milieu de journée dans plusieurs comtés. Les habitants de La Nouvelle-Orléans sont invités à rester confinés.

Routes sous l'eau

Des précipitations de quinze à vingt centimètres sont déjà tombées sur l'agglomération, ce qui a provoqué des inondations. Certaines routes étaient ainsi sous les eaux depuis mercredi, de nombreuses personnes se déplaçant les jambes immergées jusqu'à mi-mollet.

Des sacs de sable protégeaient des pas-de-porte. Des équipes de l'Etat ainsi que des habitants ramassaient par endroits débris et déchets emportés par le courant, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les autorités avaient lancé dès mercredi un appel aux habitants pour qu'ils nettoient dans un geste civique les dispositifs d'écoulement des eaux éventuellement bloqués, soulignant que sinon l'eau pourrait envahir leurs véhicules ou leurs foyers.

L'aéroport international de La Nouvelle-Orléans, principale ville de Louisiane, a prévu de fonctionner jusqu'à ce que les conditions "deviennent dangereuses ou que les infrastructures soient endommagées".

Quelque 191 plateformes pétrolières - sur les 669 ayant du personnel à bord- avaient été évacuées jeudi dans le Golfe du Mexique, ce qui représente 28,55% de la production de cette région, selon le Bureau de la sécurité et de la protection de l'environnement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.