Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La présence des Helvètes sur les chantiers devrait s’accroître à long terme (image symbolique).

KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

(sda-ats)

La libre circulation des personnes n’a pas d’effet sur la part des Suisses actifs dans la construction. Leur proportion sur les chantiers oscille autour de 35% depuis l'entrée en vigueur de l'accord bilatéral voici 15 ans.

En 2016, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) recense environ deux tiers de Suisses dans la tranche d’âge de 20 à 29 ans, indique le rapport de l'organisation patronale des entreprises du bâtiment et du génie civil publié mercredi. Par conséquent, la présence des Helvètes sur les chantiers devrait s’accroître à long terme.

La SSE observe aussi une augmentation de la main-d'oeuvre portugaise, plus prononcée depuis la crise financière. De 22% en 2007, la part des Portugais sur les chantiers du pays est montée à 31,1% en 2016, contre 34,2% pour les travailleurs indigènes, selon les statistiques de la faîtière.

La main-d’oeuvre étrangère représente environ deux tiers du personnel fixe sur les chantiers dans le secteur principal de la construction. Les Portugais sont de loin le groupe le plus important, suivi des Italiens (12,4% en 2016).

Retraites et naturalisations

Compte tenu des départs à la retraite et des naturalisations, la part de ressortissants des Etats issus de l’ex-Yougoslavie a reculé depuis 2008. C'était aussi longtemps le cas pour les Italiens, mais leur proportion est remontée l'an passé en raison de la hausse des engagements.

Les travailleurs originaires des autres pays voisins restent moins représentés (Allemagne 4,5%, France 2,5%, Autriche 0,6%). La proportion d’Espagnols plafonne à 4% depuis une décennie. Le reste du monde ne pèse que 2,6% dans la balance.

Côté salaires, en 2016, les salaires réels (tenant compte de l'inflation) n'ont progressé que de 0,5% dans la construction. Le salaire mensuel moyen nominal (effectivement payé) dans le secteur s'inscrivait à 5765 francs, contre 5762 l'année précédente, selon les chiffres de la SSE.

ATS