Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La peine de douze ans de prison, assortie d'une mesure thérapeutique, infligée au meurtrier de St-Léonard (VS) a été confirmée vendredi par le Tribunal cantonal (TC) valaisan. L'accusé contestait en appel l'ampleur de la peine.

Le TC a considéré que la peine prononcée en première instance est "justifiée par la culpabilité de l'accusé, en particulier la gravité de sa faute". Ce dernier avait abattu son amie avec son fusil d'assaut au soir du 4 novembre 2011.

Le drame "n'est pas la conséquence d'un accident", indique le TC dans un communiqué. "L'accusé a "délibérément ouvert le feu contre son amie commettant par là un meurtre".

Le TC a estimé que les conditions pour une mesure thérapeutique en milieu fermé pour le traitement de troubles mentaux sont réunies. L'appel a donc été rejeté et le jugement de première instance "intégralement confirmé".

Procureure suivie

Lors du procès en appel qui a eu lieu en juin dernier, le défenseur de l'accusé a contesté l'ampleur de la peine et cité divers exemples d'assassinats sordides punis de 15 ans de prison. "Le jugement de première instance dépeint un monstre psychopathe que l'accusé n'est pas", avait-il lancé.

La procureure avait, elle, demandé aux juges de confirmer totalement le jugement de première instance. Le condamné peut faire recours au Tribunal fédéral.

ATS