Navigation

La persistance du franc fort tend à faire stagner les bénéfices

Ce contenu a été publié le 13 avril 2011 - 10:25
(Keystone-ATS)

La force du franc commence à éroder les bénéfices des entreprises exportatrices suisses, selon l'UBS. Les chiffres d'affaires ont certes augmenté, profitant de la reprise économique, mais la vigueur de la devise helvétique exerce une forte pression sur les marges.

Le constat émane de la dernière enquête trimestrielle publiée mercredi par la grande banque. Il confirme cependant l'ampleur de la relance de l'économie suisse après la récession de 2009 (avec un recul du PIB de 1,9%), au travers la croissance des chiffres d'affaires des entreprises industrielles et de leur production.

Malgré l'appréciation du franc depuis un an, les entrées de commandes de Suisse et de l'étranger ont encore enregistré une légère augmentation entre janvier et mars 2011. Ce qui prouve, même si la chose peut surprendre, que la demande provenant des marchés principaux demeure vive indépendamment du facteur monétaire.

Stagnation des bénéfices

En revanche, ce dernier commence à peser sur des bénéfices qui tendent à stagner, constate l'UBS. Le phénomène confirme que les entreprises voient leurs marges s'éroder dans la mesure où elles peinent à relever leurs prix dans la monnaie du pays de destination. Du coup, le niveau de rentabilité s'en trouve affecté.

Les prochains mois seront donc déterminants pour mesurer l'impact réel du franc fort, notamment vis-à-vis de l'euro. En février, les exportations suisses ont connu une croissance de 10,4% sur un an, selon l'Administration fédérale des douanes, faisant suite à la baisse de régime observée en janvier et à la fin de l'an dernier.

Croissance intacte

La tendance à la stagnation des bénéfices dans le secteur industriel ne remet toutefois pas en cause la prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse pour cette année. L'UBS, conformément à une annonce émise à la mi-mars, s'en tient toujours à un taux de 2,7%.

Ce coefficient apparaît nettement supérieur à la moyenne pluriannuelle de 1,6%. En 2012, le PIB suisse devrait croître de 2,2%.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article