Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La peur de l'augmentation des prix a coulé les aliments équitables

Bien que le peuple soutienne la revendication selon laquelle l'offre de denrées alimentaires produites régionalement doit être élargie, il a clairement rejeté le texte (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Avec l'initiative pour des denrées équitables, le peuple a eu peur d'une hausse des prix, selon l'analyse VOTO. L'initiative pour la souveraineté alimentaire est restée dans l'ombre de la première. Et toutes deux ont échoué dans les urnes le 23 septembre dernier.

Pour les opposants au premier texte, deux arguments ont pesé dans la balance: l'augmentation des prix supposée et l'inutilité de l'initiative, selon l'analyse des résultats de l'enquête VOTO, publiée jeudi. La Suisse en fait déjà assez en matière de produits écologiques et équitables, ont estimé 15% des personnes interrogées.

Les défenseurs de l'initiative voulaient avant tout des produits durables et plus respectueux de l'environnement (29%). Pour 12% d'entre eux, l'argument d'aliments sains et de haute qualité a fait mouche. Les sympathisants des Verts (83%) et du PS (65%) se sont largement prononcés en faveur du texte.

Les Vert'libéraux étaient divisés et 42% ont soutenu les objectifs des initiants. Quant aux autres partis, l'opposition a été plus large. Parmi les partisans du PDC, de l'UDC et du PLR, le taux de refus se situait entre 78 et 87%. Le résultat définitif est clair: le peuple a rejeté cette initiative par 61,3% des voix.

Dans l'ombre

Pour les auteurs de l'analyse, l'électorat n'a pas clairement différencié les deux initiatives portant sur les aliments. La population était moins bien informée à l'égard de l'initiative sur la souveraineté alimentaire et lui a accordé une importance plus faible. 68,4% des votants l'ont rejeté. Une personne sur cinq n'était pas en mesure de justifier sa décision.

Les arguments "pour" étaient souvent identiques à ceux du premier texte. Ainsi, l'argument d'une production respectant l'environnement a été cité par 25% de ceux qui ont voté "oui" à la souveraineté alimentaire dans l'urne.

Les opposants ont eux avant tout craint les conséquences sur le commerce avec l'étranger et refusé les restrictions des importations. Les partisans du PLR (92%), de l'UDC (82%) et du PDC (76%) ont été les plus enclins à déposer un vote négatif.

Message clair

L'arrêté fédéral concernant les voies cyclables a convaincu l'ensemble de la population. Son acceptation par 73,8% des votants est un message clair pour promouvoir la petite reine.

Les intérêts personnels et la fréquence d'utilisation du vélo ont positivement influencé le résultat. Les cyclistes au quotidien ont soutenu le texte par 88%, notent les auteurs.

Les sympathisants des Verts, du PS et des Vert'libéraux ont été les plus fervents adeptes du deux-roues: entre 87% et 92% ont glissé un bulletin positif. Seuls les partisans de l'UDC étaient divisés (47%). Un quart des opposants ont déclaré être mal à l'aise face aux cyclistes; ces derniers ignorant, selon eux, les règles de la circulation.

L'enquête, financée par la Chancellerie fédérale, a été réalisée par le Centre d'études sur la démocratie Aarau ZDA, l'institut de recherche FORS et l'institut de sondage LINK. Elle a été menée du 25 septembre au 15 octobre auprès de 1502 votants.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.