Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La catastrophe de Fukushima aura aussi laissé des traces en Suisse: la peur d'une contamination radioactive est en 2e position des préoccupations des Suisses. Mais la population n'est pas plus craintive pour autant, selon un baromètre de l'institut de recherche gfs-zurich.

Sur une échelle de 1 à 10, le sentiment de crainte moyen du millier de personnes interrogées se situe à 4,6. Par rapport à l'année précédente, le sentiment de menace n'a ainsi que peu augmenté, a indiqué dimanche gfs-zurich.

Lors du dernier sondage de ce type, la peur du nucléaire se trouvait encore en 7e position. Cette année, seule la crainte d'une pollution de l'air ou de l'eau dépasse celle de l'atome.

A côté de la peur d'une contamination radioactive (+0,58), les craintes d'une récession (+0,40) et d'une inflation (+0,36) ont aussi augmenté. L'institut gfs l'explique par une insécurité globale sur les marchés.

La population continue de se sentir le plus menacée par les problèmes concernant l'environnement (note 5,3). Suivent la peur de perdre son intégrité physique (4,9) et les menaces envers sa propre culture (4,5).

ATS