Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pionnier de la photographie en suisse, Jean-Gabriel Eynard a souvent saisi les membres de son entourage dans leur univers familier, notamment dans "Jean-Gabriel Eynard et ses petits enfants".

Centre d'iconographie de la Bibliothèque de Genève

(sda-ats)

Une exposition montrant la diversité et la richesse de la photographie à Genève est présentée jusqu'au 11 septembre au Musée Rath. Une bourse et un mandat valoriseront le travail photographique ces prochaines années.

L'exposition "Révélations. Photographies à Genève" dresse un panorama de la diversité des collections historiques, ethnographiques, documentaires, artistiques et scientifiques genevoises. Elle présente, notamment, la plus ancienne image de Genève produite à partir d'une photo, en 1841.

La diversité des fonds permet de présenter à la fois des images documentant la transformation de Genève, des témoignages familiaux et des preuves scientifiques. Une pièce est consacrée aux daguerréotypes de Jean-Gabriel Eynard, pionnier du médium en Suisse. Les membres de son entourage saisis dans leur univers familier constituent ses sujets favoris.

L'objectif de cette exposition est de montrer la densité, la richesse et la variété de la photographie à Genève et de faire redécouvrir les collections de l'ensemble des institutions qui y ont contribué. Elle pourrait être le prélude à d'autres expositions monographiques. Des expositions pourraient également se multiplier dans l'espace public.

Politique de soutien à la photo

Cette exposition est née de la volonté du conseiller administratif délégué, Sami Kanaan, qui souhaite "valoriser le savoir-faire professionnel et soutenir concrètement le domaine de la photographie". Le magistrat a annoncé le lancement, en septembre prochain, d'une bourse (25'000 francs) pour un projet photographique à caractère documentaire.

Parallèlement, un mandat sera confié chaque année à un photographe pour une enquête genevoise. Ce travail permettra à la ville de "bénéficier d'une série de clichés relevant le caractère et le climat social et culturel". Ces deux mesures seront pérennes pour "compléter nos collections de manière très active", précise Sami Kanaan.

La photographie en mode décalé

"Révélations" se prolongera, dès le 5 juin, par "Sans photographie", proposée à la Bibliothèque de Genève. Comme son nom l'indique, cette exposition ne présentera aucune photographie, mais documentera plus d'un siècle et demi d'histoire de l'image. Des affiches, dessins, peintures et autres livres illustreront l'évolution de notre rapport à l'image de manière décalée.

ATS