Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La polémique sur la chasse du loup est relancée (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La polémique sur la chasse au loup est relancée. Une courte majorité de la commission de l'environnement du National demande au plénum d'enlever au canidé son statut d'espèce protégée. Le Conseil des Etats s'y était refusé.

Par 11 voix contre 10 et 2 abstentions, la commission propose de donner suite à l'initiative du canton du Valais "La récréation est terminée ! ". Ce texte demande que le loup puisse être chassé toute l'année et que la Convention de Berne soit renégociée avec une réserve excluant la protection de cet animal en Suisse.

Pour la majorité de la commission, les mesures de prévention (protection des troupeaux, abattages isolés) actuelles ne suffisent pas. Non seulement elles sont coûteuses et difficiles à appliquer dans les régions d'alpage, mais elles ne permettent pas non plus d'éviter toutes les attaques du loup.

La protection des troupeaux risque en outre de compromettre le développement du tourisme, les attaques de chiens envers des promeneurs n'étant pas rares. Enfin, la majorité estime que le territoire suisse est si densément peuplé qu'une cohabitation avec le loup paraît dans tous les cas difficiles.

Solution équilibrée

La minorité préfère, comme la Chambre des cantons, miser sur une solution équilibrée tenant compte à la fois des revendications des régions de montagne et des impératifs de protection du loup. Une révision de la loi sur la chasse est déjà en cours d'élaboration pour faciliter les tirs de loups. La minorité craint que l'adoption de l'initiative valaisanne ne retarde les travaux.

Le Conseil des Etats, qui pourrait avoir le dernier mot, avait refusé de donner suite à la proposition du canton du Valais après avoir rejeté par 26 voix contre 17 une motion de Beat Rieder (PDC/VS) allant dans le même sens.

Soutenue par la ministre de l'environnement Doris Leuthard, la majorité a appelé à garder le sens de la mesure. Une chasse ouverte toute l'année serait non seulement incompatible avec la Convention de Berne mais aussi avec la constitution fédérale qui protège les espèces menacées d'extinction.

La situation a beaucoup évolué depuis le retour du loup en Suisse. Le nombre d'animaux augmente pour atteindre la trentaine et des meutes se forment. La première a été observée en 2012 à Calanda (GR).

ATS