Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police a une nouvelle fois évacué lundi matin une centaine d'"indignés" de la place de la Puerta del Sol à Madrid. Les contestataires s'étaient réunis durant la nuit à l'occasion du premier anniversaire du mouvement, en dépit d'une interdiction officielle.

Deux personnes ont été interpellées et 81 autres identifiées sur place lors de cette intervention de la police anti-émeutes qui s'est déroulée "sans incidents", a indiqué un porte-parole de la police.

Les manifestants se sont un peu plus tard rassemblés devant le siège de Bankia, la quatrième banque espagnole, brandissant de petites pancartes avec les mots "Sachez-le. Cette banque ment, trompe, jette les gens hors de chez eux", en allusion aux nombreuses expulsions de propriétaires surendettés contre lesquelles lutte le mouvement.

Campement interdit

Déjà dimanche matin, les policiers avaient évacué la place, où la veille au soir s'étaient rassemblés des milliers d'"indignés" qui fêtent jusqu'à mardi l'anniversaire de leur mouvement. Né le 15 mai 2011, ce mouvement, qui dénonce le pouvoir de la finance, le chômage et la corruption, avait installé l'an dernier son campement pendant un mois à la Puerta del Sol, en plein centre de Madrid.

Cette année, le gouvernement de droite, arrivé au pouvoir dans l'intervalle, a interdit tout nouveau campement et imposé aux manifestants de quitter la place chaque soir à 22 heures.

En dépit de cette interdiction, ces derniers ont décidé d'y tenir jusqu'à mardi une "assemblée permanente", après des manifestations qui ont rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes samedi dans de nombreuses villes d'Espagne, dont Madrid et Barcelone.

Dix-huit personnes avaient été interpellées dans l'opération de police dimanche matin à Madrid. Neuf d'entre elles ont été libérées dans la journée tandis que les neuf autres ont comparu lundi devant un juge.

ATS