Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 600 migrants se sont barricadés dans le camp de Maus, que les autorités australiennes ont prévu de fermer (archives).

KEYSTONE/EPA SRIRANGAN/AAP/SRIRANGAN HANDOUT

(sda-ats)

Un millier de manifestants ont protesté samedi à Melbourne contre le sort réservé à des demandeurs d'asile en Australie. Ils sont regroupés dans un camp sur l'île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, que les Nations unies jugent en état d'urgence humanitaire.

Environ 600 migrants se sont barricadés dans ce camp que les autorités australiennes ont prévu de fermer. La distribution de nourriture, la fourniture d'eau et des services médicaux y ont été interrompues il y a quatre jours. Un autre camp, sur l'île de Nauru, dans le Pacifique, continuera d'être opérationnel.

Selon la loi australienne, tout migrant intercepté en mer en tentant de rejoindre les côtes de l'Australie est interné dans des camps financés par le pays sur l'île de Manus ou à Nauru.

Ce système, de même que les conditions de vie précaires dans ces camps, où certains demandeurs d'asile sont confinés depuis des années, ont été sévèrement critiqués par l'ONU et des associations de défense des droits de l'homme.

L'Australie justifie sa politique par la nécessité de dissuader les demandeurs d'asile de se lancer dans la périlleuse traversée à partir de l'Indonésie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS